Grossesse : la carotte contre la clope?

le
3
Grossesse : la carotte contre la clope?
Grossesse : la carotte contre la clope?

Indécrottables fumeuses jusqu'à la veille de l'accouchement, les femmes enceintes seraient-elles plus enclines à décrocher si on les en récompensait ? C'est le pari de l'étude, baptisée Fiscp, que vient de lancer l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), avec le soutien financier de l'Institut national du cancer (Inca). Seize services de maternité de France participent à cette enquête, dont les résultats ne seront connus que dans deux ans. Ils vont, pour ce faire, recruter un total de 400 futures mamans. Des volontaires, majeures, qui doivent être enceintes de moins de quatre mois et demi et fumer un minimum de cinq cigarettes quotidiennes (ou trois roulées, mais pas d'autre produit à base de tabac, ni de cigarette électronique).

A condition d'être motivées pour se sevrer bien sûr, elles seront reçues et suivies en consultation de tabacologie trois ou cinq fois jusqu'à l'accouchement et devront se soumettre à un entretien téléphonique six mois plus tard. Toutes recevront une rémunération de 20 € à chaque visite. Des bons d'achat valables dans plusieurs enseignes, sauf évidemment pour acheter tabac ou alcool.

Jusqu'à 300 euros

Ni patch ni gomme à la nicotine : pour une moitié d'entre elles, choisies de façon aléatoire (l'autre moitié constituant un groupe de contrôle), l'incitation financière pour cette aide au sevrage sera doublée. 20 € de bons supplémentaires, en récompense de leurs mois sans clopes. La réalité de leur abstinence sera mesurée par une analyse d'urines. En fin de compte, une femme enceinte entrant dans l'étude en début de grossesse pourrait ainsi recevoir jusqu'à 300 €.

Choquante, l'idée de rémunérer l'effort ? Pas exactement, si l'on considère que les seules volonté et vertu ne suffisent pas à se débarrasser d'une addiction. Selon le sondage Ipsos mené en préalable à cette étude, seuls 28,6 % des Français s'opposent à cette idée d'inciter financièrement les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 11 mois

    Relativisons le problème : un bébé né d'une mère fumeuse est en manque tabagique dès sa naissance.....donc humeur instable, insomnies....par contre le bébé d'une mère alcolo a des séquelles irréversibles au niveau cérébral, l'enjeu n'est vraiment pas le même !!!

  • M1961G il y a 11 mois

    une femme qui fume pendant la grosesse n'aime pas son enfant , c'est une mère indigne .

  • M1961G il y a 11 mois

    dans un pays normal , on devrait faire le contraire . donner une amende de 300 euros à toute femme qui fume pendant la grosesse . un enfant qui aura des sequelles doit pouvoir déposer plainte contre sa mère pour empoisonnement .