Grosse bagarre entre alpinistes et sherpas sur le mont Everest

le
0
Grosse bagarre entre alpinistes et sherpas sur le mont Everest
Grosse bagarre entre alpinistes et sherpas sur le mont Everest

Coups de poings, jets de pierre... Une grosse bagarre a éclaté samedi dernier sur le toit du monde, en pleine ascension du mont Everest, à 7 470 mètres d'altitude. Cette scène surréaliste a été décrite par un alpiniste américain qui parle d'une altercation «terrifiante». D'après lui, les alpinistes bagarreurs ont failli se tuer. Les autorités népalaises ont ouvert une enquête lundi pour tenter de savoir ce qui a déclenché cette rixe qui a opposé des alpinistes européens et des sherpas népalais qui les accompagnaient.

Ueli Steck, un alpiniste suisse, et l'Italien Simone Moro, seraient à l'origine de la rixe. Selon un témoin de la scène, des guides népalais ont demandé à ces deux alpinistes chevronnés d'attendre qu'ils aient préparé des cordes pour commencer l'ascension. Un conseil qu'ils n'ont pas respecté : «Simone a commencé à hurler, notamment avec des mots en népalais et beaucoup d'entre eux étaient incendiaires», a rapporté l'alpiniste américain Garrett Madison, dans un courrier électronique envoyé à Outside Magazine. De la glace serait tombée, touchant les sherpas.

Selon la version des alpinistes européens, un sherpa népalais est devenu agressif et les a menacés avec un pic à glace. Steck et Moro affirment avoir ensuite été attaqués par une «foule de sherpas hors de contrôle» qui a menacé de les tuer et a bombardé de pierres leur tente. Les Népalais se sont enfuis après la bagarre. Et les alpinistes ont ramassé leurs affaires et quitté la montagne. «Ils ont failli se faire tuer», raconte témoin.

Selon la police locale, Ueli Steck a passé la nuit à l'hôpital près de l'aéroport de la ville et son état de santé n'inspirait aucune inquiétude. Il est reparti lundi matin en hélicoptère au camp de base de l'Everest où l'attendait son compère italien. Les deux alpinistes envisageraient tout de même de se lancer dans une nouvelle tentative. La police locale a ouvert une enquête et a...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant