Gros plan sur Kaec, la première ville cotée en Bourse au monde

le
1

EN IMAGES - En Arabie Saoudite, les habitants de King Abdullah Economic City, une ville privée de 180 km² située au bord de la mer Rouge, n’ont pas à payer ni de taxe foncière ni de taxe d’habitation.

Il va falloir s’y préparer. En 2050, 70% de la population mondiale vivra dans les villes, soit 20% de plus qu’aujourd’hui. Plusieurs pays s’organisent pour faire sortir de terre de nouvelles villes, comme en Birmanie qui a désormais pour nouvelle capitale Naypyidaw. À plus de 5500 kilomètres de là, en Arabie Saoudite, c’est la ville de King Abdullah Economic City (Kaec), située au bord de la mer Rouge, qui est en construction depuis 2006. Outre le fait d’être une ville cent pour cent privée, elle a la particularité d’être la première ville au monde à être cotée en bourse!

D’une superficie de 180 kilomètres carrés, elle fera près du double de Manchester (Royaume-Uni) et presque la même taille que Washington DC, la capitale des États-Unis. King Abdullah Economic City qui accueille pour le moment seulement 4000 habitants, pourra en contenir deux millions d’ici à 2035. Pour construire cette nouvelle ville privée dans le désert, le gouvernement saoudien a signé avec le groupe immobilier dubaïote, Emaar Properties, un partenariat public-privé.

Le coût total de sa construction est estimé à plus de 100 milliards de dollars (92 milliards d’euros). Et dans le détail, la ville de Kaec est cotée à hauteur de 30% à la Bourse saoudienne depuis 2006. Le reste des parts est détenu par Emaar (30%) et d’autres grandes entreprises (40%).

L’administration de la ville gérée un PDG

Le territoire de King Abdullah Economic City est divisée en plusieurs zones: une zone résidentielle, une zone industrielle, un port et une marina. Mais jusqu’à présent, seuls 15% de la ville ont été développés et quatre-vingt dix kilomètres de routes sont en usage! Concernant le commerce, le port de Kaec a pour ambition d’occuper une place stratégique avec pas moins de 20 millions de conteneurs. «Nous visons à créer un des plus grands ports du monde», a déclaré Rayan Bukhari, gestionnaire du port au site anglais BBC News.

Dans cette ville nouvelle, ce qui paraît le plus surprenant, c’est l’absence totale de toute taxe foncière et de taxe d’habitation! Les habitants, tout comme les entreprises sont simplement assujettis à payer des «frais de services» pour la collecte des ordures, la sécurité, l’eau ou encore les loisirs. Le tout étant traité directement par des prestataires privés et non publics. À King Abdullah Economic City, ne cherchez pas non plus de municipalité! La-bàs ce n’est pas un maire qui administre la vie locale de la ville, mais le PDG d’Emaar Properties, Fahd Al-Rasheed. «Pour moi, diriger une ville est avant tout un rôle opérationnel, exécutif. Diriger comme un exécutif plutôt que comme politicien est en fait très bon pour la ville», déclarait-il au site .

Les autres exemples et le projet «Zee town» de Marc Zuckerberg

Si King Abdullah Economic City fait figure d’exception pour être cotée en bourse, elle n’est pourtant pas la seule ville privatisée de A à Z... Ainsi à Lavasa, située à 200 kilomètres au sud-est de Bombay, en Inde, tous les services sont gérer par des entreprises privées. Le seul hic: on y compte plus d’investisseurs que d’habitants. Tianjin Eco-city en Chine et Songdo en Corée du Sud sont également des villes en construction cent pour cent privées. Aux États-Unis, c’est une ville privée dédiée aux 10.000 employés de Facebook qui va bientôt sortir de terre! Située dans la baie de San Francisco, la ville imaginée par Mark Zuckerberg connue sous le nom de «Zee town» estimée à 200 milliards de dollars (184 millions d’euros), soit le double de King Abdullah Economic City...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le mercredi 22 juil 2015 à 09:56

    "sont simplement assujettis à payer des «frais de services»" Mr le journlaiste qui êtes bien informé c'est quoi la différence entre "frais de service" et Taxes foncières et d'habitation? A mon sens, c'est exactement la même chose avec un nom différent et un percepteur différent!