Grippe : face à l'épidémie, Touraine déclenche le plan ORSAN

le
2
Grippe : face à l'épidémie, Touraine déclenche le plan ORSAN
Grippe : face à l'épidémie, Touraine déclenche le plan ORSAN

Les urgentistes avaient tiré la sonnette d'alarme un peu plus tôt dans la journée. En réponse à l'ampleur de l'épidémie de grippe saisonnière qui a déjà touché plus de 2 millions de personnes, la ministre de la Santé Marisol Touraine a déclenché jeudi à l'échelle nationale le plan ORSAN d'organisation de l'offre de soins en situations sanitaires exceptionnelles. 

La ministre a donc donné des instructions aux agences régionales de santé pour la mise en oeuvre du plan ORSAN. Marisol Touraine, qui s'est rendue jeudi soir à l'hôpital Lariboisière à Paris, a par ailleurs «salué le travail des professionnels de santé et rappelé l'importance de la vaccination, en particulier pour les personnes âgées».

Une «situation sanitaire critique»

Un peu plus tôt, jeudi, les urgentistes avaient dénoncé la «situation sanitaire critique» dans les hôpitaux surchargés en raison de l'épidémie et réclamé au gouvernement la réouverture de lits. La «sur-saturation des services d'urgence est comparable à celle de l'été 2003», où la canicule avait fait 15.000 morts, a estimé le président du Samu-Urgences de France François Braun, réclamant le déclenchement du plan ORSAN.

Selon l'association, ce plan doit permettre «de renforcer les soins de premier recours et de libérer des lits d'hospitalisation dans les services par réaffectation et/ou déprogrammations d'activités». «Nous demandons que les hôpitaux rouvrent des lits immédiatement et que la qualité des soins soit la meilleure possible pour gérer cette situation hivernale», a par ailleurs déclaré l'Association des médecins urgentistes (Amuf).

La grippe saisonnière a déjà touché plus de 2 millions de personnes depuis le début de l'épidémie, parmi lesquelles les plus de 65 ans sont les plus sévèrement touchés, selon l'Institut de veille sanitaire (InVS). 245 nouveaux cas graves de grippe ont été hospitalisés en réanimation la semaine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4484897 le vendredi 20 fév 2015 à 10:12

    72 morts ? mais quel age avaient ils?

  • M4484897 le vendredi 20 fév 2015 à 10:10

    Les hôpitaux de proximité fermés parce qu'on a distribué très largement de la CMU a tout ce qui rentre sur le territoire, sans contrepartie de cotisations et sans controle