Grippe aviaire : les pays à risque doivent accélérer les mesures de prévention

le
0
Grippe aviaire : les pays à risque doivent accélérer les mesures de prévention
Grippe aviaire : les pays à risque doivent accélérer les mesures de prévention

La nouvelle souche de grippe aviaire H5N8, qui touche déjà trois pays européens, est potentiellement «dévastatrice» pour les élevages de volailles. Aussi l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE)  pressent les pays à risque d'accélérer les mesures de prévention.

Dans un communiqué publié lundi, ces deux organisations jugent que cette menace, «significative», l'est particulièrement pour le secteur avicole «des pays pauvres situés le long des routes migratoires des oiseaux sauvages, en bordure de la mer Noire et de l'Atlantique Est». La souche H5N8, qui a été identifiée en début d'année en Chine, Corée du Sud et Japon, est désormais signalée en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni dans des élevages de volailles. Les autorités allemandes ont également détecté récemment le virus chez un oiseau sauvage dans le Nord-Est du pays, près de la frontière polonaise.

Rien n'indique que le virus puisse infecter les humains

«Jusqu'à présent, il n'a pas été confirmé que le H5N8 infectait l'homme. Toutefois, il est hautement pathogène pour les volailles domestiques, puisqu'il entraîne des taux de mortalité significatifs chez les poulets et les dindes», écrivent les deux organisations qui préviennent également que «le virus peut aussi infecter les oiseaux sauvages, chez qui la maladie est quasiment asymptomatique».

Ces oiseaux sauvages sont aussi les vecteurs du virus sur de longues distances, qui pourra ensuite se transmettre d'un élevage à l'autre dans les pays mal préparés, d'où la nécessité de renforcer les mesures de protection/prévention pour éviter des «effets dévastateurs» sur les volailles domestiques et les économies.

La FAO et l'OIE recommandent de renforcer les efforts de surveillance des élevages, de «renforcer les mesures de bio-sécurité, en veillant en particulier à minimiser les contacts entre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant