Grippe aviaire : les canards privés de sortie dans 18 départements du Sud-ouest

le , mis à jour à 11:01
0

Le bonheur n'est plus dans le pré depuis ce lundi matin pour les canards de 18 départements du Sud-Ouest (voir liste en encadré). Tous les palmipèdes devront désormais être enfermés. Cette mesure dite de «vide sanitaire» est valable jusqu'au 16 mai et vise à éradiquer le virus de la grippe aviaire.

Le virus a été détecté en Dordogne il y a quatre mois. Mi-janvier, le ministère avait recensé 69 foyers hautement pathogène répartis sur les départements de la Dordogne, la Haute-Vienne, la Haute-Garonne, les Landes, le Gers, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées et le Lot depuis mi-novembre. Après des mesures de confinage dans le Sud-Ouest, le gouvernement a décidé de procéder à une grande opération de désinfection.

Plus aucun canard mi-mai

En élevage, la durée de vie d'un canard, entre son arrivée, son gavage et son abattage, est en moyenne d'une quinzaine de semaines. Depuis la mi-janvier, les exploitants n'avaient plus le droit d'accueillir des canetons et des oisons. Les canards qui leur restent, et qui doivent donc être enfermés à partir de ce lundi, auront tous été abattus après gavage au début du mois prochain. Pendant les deux premières semaines de mai, il n'y aura donc plus aucun canard dans ces exploitations. Les services sanitaires en profiteront pour intervenir en nettoyant et désinfectant tout.

Selon le calendrier fixé par le ministère de l'Agriculture les palmipèdes pourront faire leur retour dans ces exploitations à partir de fin mai-début juin.

Ces mesures vont inévitablement entraîner une perte financière pour les éleveurs de canards. Le ministère a annoncé en mars qu'il réservait aux producteurs de palmipèdes 110 des 130 millions annoncés pour l'ensemble de la filière.

Liste des départements concernés. Les mesures de vide sanitaire concernent tous ceux de l'ancienne région Aquitaine (Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques), de l'ancien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant