Grippe aviaire : la France relève le risque de «faible» à «modéré»

le
0
Grippe aviaire : la France relève le risque de «faible» à «modéré»
Grippe aviaire : la France relève le risque de «faible» à «modéré»

Si pour l'instant aucun cas de grippe aviaire H5N8 n'a été détecté en France, Paris a décidé jeudi de relever niveau de risque de réintroduction de ce virus  sur le territoire de «faible» à «modéré»*, ce qui implique des mesures de surveillance renforcées de la part des éleveurs notamment. Cette souche cantonnée en Asie, a été détectée pour la première fois en Europe début novembre dans un élevage d'Allemagne, avant de s'introduire également aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

A la suite de la publication de l'avis de l'Agence d'évaluation des risques, l'Anses et après «la survenue récente d'un cas dans l'avifaune sauvage au nord de l'Allemagne» (une oie sauge contaminée a été retrouvée samedi près de la frontière polonaise), le ministère de l'Agriculture «a pris la décision d'élever, par arrêté, le niveau de risque pour l'influenza aviaire et de le qualifier désormais de modéré en France», écrit-il dans un communiqué.

L'objectif est désormais d'«empêcher l'accès de l'alimentation et de l'abreuvement aux oiseaux sauvages» et «d'éviter les contacts directs et indirects». Ce sont certainement des cygnes migrateurs qui ont introduit le virus sur le continent. Et «dans les zones les plus à risque définies par l'Anses, des mesures spécifiques de protection des élevages seront mises en place» avec une «une interdiction des rassemblements d'oiseaux» ou des «filets de protection» pour prévenir tout contact direct ou indirect avec les oiseaux sauvages.

Lundi, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) avaient mis en garde contre cette nouvelle souche potentiellement «dévastatrice» pour les élevages de volailles. Jusqu'à présent, il n'a pas été confirmé que le H5N8 infectait l'homme. «Toutefois, il est hautement pathogène pour les volailles domestiques, puisqu'il entraîne des taux de mortalité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant