Grippe : 13 morts à Lyon et des questions sur un vaccin

le , mis à jour à 09:49
0
Grippe : 13 morts à Lyon et des questions sur un vaccin
Grippe : 13 morts à Lyon et des questions sur un vaccin

Soudain, le regard de Jennifer s'assombrit. La jeune caissière vient de comprendre pourquoi les habitués de la maison de retraite Korian-Berthelot ne viennent plus faire leurs courses dans son petit supermarché, route de Vienne, dans le VII e arrondissement de Lyon.

 

Dimanche, après l'annonce du décès de treize pensionnaires de cet établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), victimes de la grippe A, la tristesse se mêlait à l'incompréhension. Comment 72 résidants sur 110 ont-ils pu contracter ce virus de type H3N2 malgré des mesures de confinement ? Une hécatombe en à peine quinze jours qualifiée d'« événement exceptionnel » par le ministère de la Santé qui a saisi l'inspection générale des affaires sociales (Igas). Six pensionnaires sont toujours hospitalisés.

 

Huis clos médicalisé

 

La maison de retraite garde porte close. Des silhouettes en blouse blanche, masque sur le nez, apparaissent furtivement derrière la vitre. Nicole, 52 ans, s'apprête à pénétrer dans ce huis clos médicalisé. Les visites ont été interdites pendant une semaine à cause de l'épidémie. Alors, elle a hâte de retrouver sa maman, Angèle, 83 ans. « Heureusement, elle n'a pas été contaminée. Mais treize morts, c'est affolant. J'ai besoin de la voir, de la rassurer. Et surtout qu'elle ne croie pas que je l'ai abandonnée. »

 

Quelques minutes plus tard, Christine sonne à la porte, brûlante de colère. Elle aussi vient retrouver sa mère. « Le 25 décembre, je suis allée la voir. Il y avait du monde, des musiciens pour le spectacle de fin d'année. Et là, j'ai constaté qu'il n'y avait plus de masques à l'accueil. Il y a eu un dysfonctionnement des mesures d'hygiène », accuse-t-elle, la voix brisée par les sanglots. Face au nombre de décès, c'est elle qui a alerté l'agence régionale de santé (ARS) le 3 janvier.

 

Depuis, les questions pleuvent. Première d'entre elles : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant