Griezmann, plus qu'un tube de l'été

le
0
Griezmann, plus qu'un tube de l'été
Griezmann, plus qu'un tube de l'été

La frustration, encore, et le goût amer d'une sale histoire qui se répète. Antoine Griezmann achève cette saison avec un mélange de sentiments contraires, forcément. Il a caressé deux rêves, il n'en a réalisé aucun. Après avoir perdu la finale de la Ligue des champions face au Real Madrid, le Français chute une nouvelle fois contre Cristiano Ronaldo, la star du club rival et de l'équipe du Portugal. Pourtant, ces neuf mois resteront ceux où, après avoir conquis l'Espagne, l'attaquant est devenu prophète en son pays. Et comme il n'a que 25 ans, la France s'est trouvé un nouveau leadeur pour les dix prochaines années.

 

Rien n'était si évident, pourtant. Il y a un an, Didier Deschamps regrettait encore que le Griezmann des Bleus ne soit pas celui de l'Atlético. Il sortait d'une saison à 25 buts en club. Chez les Bleus, en juin dernier, on évoquait même la possibilité de voir la concurrence le rattraper.

 

Sur les traces de Beckham

 

Encore en mars, lorsqu'il nous avait reçus à Madrid, son bilan était de 6 buts en 23 sélections. Il expliquait avec conviction mais une forme d'insatisfaction : « Je veux devenir aussi important chez les Bleus qu'à l'Atlético. » Il était alors un atout offensif parmi d'autres, dans l'ombre de Karim Benzema, un joueur qu'il apprécie. Or, Antoine Griezmann veut être une star, celui qui fait gagner son équipe et la porte au sommet. Cela peut surprendre au vu de sa timidité, mais son modèle ultime, sur comme hors du terrain, est David Beckham.

 

L'éviction de Karim Benzema, à la suite de l'affaire de la sex-tape, a changé beaucoup de choses pour Griezmann. Dès le printemps, on a vu le même joueur sous le maillot rayé rouge et blanc et sous le maillot bleu. Ça tombe bien, il a joué pendant cette période le meilleur football d'Europe. Déjà lors des matchs amicaux contre la Russie et les Pays-Bas, il avait impressionné. Ensuite, il a porté l'Atlético sur ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant