Griezmann, leader et accélérateur des Bleus

le
0

Offensivement, l'équipe de France a encore été performante et même brillante mardi. Bien emmenés par un super Antoine Griezmann, véritable meneur d'attaque, les Bleus peuvent aussi compter sur Gignac, Coman, Payet pour faire mal à l'adversaire. Martial, lui, a déçu.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU STADE DE FRANCE

« Griezmann, Griezmann. » Le Stade de France n’a pas manqué de saluer la prestation réussie d’Antoine Griezmann à sa sortie à la 62eme minute. Un super Griezmann superactif et deux fois passeur décisif. Le joueur de l’Atlético Madrid est en pleine forme et on espère que Diego Simeone le préparera aussi bien pour l’Euro que pour ce début de printemps. En tous cas, le Barça devra s’en méfier en quarts de finale de la Ligue des Champions, et sa confiance fait du bien à l’attaque française. Très bon aux Pays-Bas, l’ancien joueur de la Real Sociedad a été excellent dans le jeu, malgré des appuis parfois difficiles. Mais même en glissant, il a su faire le geste juste. 

Sur le premier but, il est là dans l’axe pour temporiser et servir dos au but Kanté lancé, après un relais de Gignac. Sur le second, il montre qu’il est aussi l’homme des coups de pied arrêtés. Gignac vient lui demander le ballon au premier poteau ? Il lui délivre un caviar que le joueur des Tigres de Monterrey se fait un plaisir de dévorer. Décisif mais aussi très actif, Griezmann a bien occupé son côté droit, n’hésitant pas à défendre comme le lui a si bien appris son entraîneur à Madrid. Mais il a aussi beaucoup dézoné, pour aller chercher les ballons en retrait ou pour basculer côté gauche quand il le fallait. Car à gauche, Anthony Martial aura été le moins tranchant des attaquants. 

Deschamps va devoir se creuser la tête

Le joueur de Manchester United, mal servi, a rarement percuté sur les ballons qu’il a eus à disposition. Son premier but en Bleus attendra. A la pause, c’est lui qui cède sa place à Coman, alors qu’on aurait parié sur la mise au repos de Griezmann. Et le joueur de Munich très percutant a vite fait oublier Martial visiblement déçu de son match sur le banc. L’ancien joueur de la Juve a même marqué son premier but en sélection avec brio (76eme). Reste le cas Gignac. Si le retour de Benzema annoncé pour l’Euro devrait lui être fatal, l’ancien Marseillais n’aura pas démérité depuis son retour. Loin de là. En vue face à l’Allemagne, il a pesé contre la Russie, marquant un fort joli but d’une tête décroisée et en étant à l’origine de la belle combinaison amenant le but de Kanté. S’il évolue moins en fixation que Giroud, Gignac offre une option en pointe et une générosité dans le pressing qui ne peut déplaire à Deschamps. 

Le sélectionneur qui a noté l’excellente entrée de Payet, buteur et à l’origine du but de Coman, a bien compris avec ces deux rencontres amicale de la fin mars que pour le moment, son secteur offensif perfore et performe. Contrairement à sa base arrière. Si l’abondance de biens ne nuit jamais, ses choix seront scrutés avec attention au mois de mai pour la liste des 23. La polyvalence de certains garçons peut être un argument pour rebattre les cartes sur certains postes. Le sélectionneur va devoir se creuser les méninges pour constituer son groupe. Et quelque part c’est peut-être mieux. Sauf pour Mathieu Valbuena ou Franck Ribéry, si l’un espérait reprendre sa place et si l’autre rêvait vraiment d’un retour…

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant