Griezmann face à son Everest

le
0

De nouveau irrésistible après un mois délicat, Antoine Griezmann se révèle le talisman de cet Atlético de Madrid. Un statut nouveau que le Français assume de par ses buts et son engagement. Ne reste plus qu'à gravir la marche en Ligue des champions face à l'ennemi merengue pour définitivement entrer dans la cour des plus grands.

C'est un privilège réservé à une certaine caste. Une réalisation importantissime, une position douteuse, une action disséquée par tous les médias et, finalement, un pion des plus légaux. Ce samedi, dans une Rosaleda transformée en poudrière, Antoine Griezmann s'est offert un scénario jusque-là propriété des grands de la Liga. À l'instar de Lionel Messi ou de Cristiano Ronaldo, il a dégainé au moment propice pour sortir ses coéquipiers d'une embuscade programmée. Certes, la victoire n'est pas au rendez-vous, l'Atlético concédant le nul face à Málaga, mais la défaite non plus. En quelques mois, le Français s'est transformé en panacée des Colchoneros. Une recette miracle, contre les coups de moins bien et les périodes de creux, qui ne cesse de gagner en crédibilité et en épaisseur. Avec ses désormais 18 pions en championnat - soit le meilleur total de sa carrière -, auxquels s'ajoutent celui en Coupe et ses deux réalisations en Ligue des champions, il confirme les attentes placées en lui. Le tout avec mention. Reste désormais la marche la plus importante, celle des champions et de sa Ligue : son Everest.
Progression tactique et physique
"Il n'est pas là depuis quelques matchs et cette équipe a besoin qu'il continue à grandir." La saillie de Diego Simeone fait office de rappel à l'ordre. En tançant le mois dernier sa pointe à la crête blonde, le Cholo joue la redite. Car après plus de 40 jours sans trouver le chemin des filets, Antoine Griezmann lui renvoie un air de déjà-vu. Comme à l'automne dernier, lorsqu'il ne répondait pas aux attentes de son mentor. À sa première remise en question, il avait répondu par des performances cohérentes et un triplé dans la cathédrale de San Mamés. À la seconde, il réplique par quatre buts en trois matchs. "Simeone a bien fait, constate Martin Lasarte, entraîneur qui l'a lancé dans le monde professionnel. Il faut savoir faire face à Antoine. Il s'est toujours distingué et révélé comme une figure importante, mais il est arrivé à l'Atlético peu de temps après avoir débuté avec la sélection française. S'il est convaincu de ce que tu lui demandes, il va le faire parce qu'il est très compétitif et il a faim de titres. Dans ce sens, le Cholo l'a très bien géré. Il ne lui a pas offert le maillot de titulaire pour son nom." Mais bien grâce à ses prestations.

En jouant sur la fibre de la fierté, le Dieu…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant