Grexit : quels scénarios pour les marchés ?

le
4
Le CAC 40 perdait plus de 3% dans la matinée. (© L. Grassin)
Le CAC 40 perdait plus de 3% dans la matinée. (© L. Grassin)

La plupart des stratégistes et des sociétés de gestion privilégiaient un accord de dernière minute entre la Grèce et ses créanciers.

Mais l’annonce surprise par le premier ministre grec, Alexis Tsipras, d’un référendum le 5 juillet, pour dire Oui ou Non au plan de refinancement proposé par le FMI, l’Union européenne et la Banque centrale européene, permet de prévoir une semaine très agitée sur les marchés financiers.   

Déjà, les Bourses asiatiques sont en forte baisse ce matin 29 juin et le contrat future sur le S&P 500 américain perd plus de 35 points à 2.060, soit 1,7%.

Bloc "A lire aussi"

Pour éviter une faillite immédiate de la Grèce, les banques du pays seront fermées toute la semaine, les retraits au distributeur étant limités à 60 euros (sauf pour les touristes). Un contrôle des capitaux a été instauré et la Banque centrale européenne va maintenir son soutien technique cette semaine.

Selon Véronique Riches-Flores de RF Research,  « Un Oui majoritaire, permettrait la reprise de négociations sur la base des propositions arrêtées vendredi en fin de journée, incluant pour les points les plus litigieux : une nouvelle réforme des retraites, une nouvelle baisse des dépenses militaires et l’abandon du privilège de TVA dont bénéficient les îles grecques (abattement

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7346902 le mardi 30 juin 2015 à 08:55

    dehors . enough is enough

  • glaty le mardi 30 juin 2015 à 08:42

    NE PAS DOUTER QUE LA GRECE SORTIRA DE LA ZONE EURO...ILS VOTERONT au REFERENDUM "" NON "" en masse ...et ceux qui croient le contraire sont des rêveurs ou des novices ...

  • pierry5 le mardi 30 juin 2015 à 08:02

    La Grèce est aux soins intensifs, le très puissant trio Autriche-Allemagne-Pays Bas a littéralement asphyxié ce pays, bien ils ne l'ont pas fait intentionnellement mais imposé indirectement des conditions de marché impossible à tenir c'est comme si un âne devait suivre la cadence d'un cheval de course. S'il continuent dans l'Euro et l'Europe il vont littéralement cre-ver dans peu de temps et ne s'en sortiront pas avant 10 ans.

  • Jemime le mardi 30 juin 2015 à 07:55

    Il faut essayer d aider les partis démocratiques véritables en grece...vaincre via un discours ad hoc la dialectique coco ...en espérant qu ils ne bourrent pas les urnes