Grèves : le pressing de Hollande et Valls sur Martinez à la veille de l'Euro

le , mis à jour à 12:13
16
Grèves : le pressing de Hollande et Valls sur Martinez à la veille de l'Euro
Grèves : le pressing de Hollande et Valls sur Martinez à la veille de l'Euro

« L’euro doit être une belle fête populaire. C'est aussi important pour l'image de la France et la fierté des Français. » Enième appel de François Hollande mercredi matin lors du Conseil des ministres et... énième échec : la grève se poursuit ce jeudi à la SNCF. Et personne ne croit au gouvernement que vendredi, avec l'ouverture de l'Euro, les trains rouleront mieux. Le scénario d'un retour à la normale n'est pas évoqué avant... le début de la semaine prochaine.

 

Tous les regards sont tournés vers la CGT, aux avant-postes de l'opposition à la loi Travail. « Elle cherche à atterrir même si le camion cégétiste ne peut pas piler d'un seul coup au feu rouge », croit savoir un conseiller de l'Elysée. Certes, le gouvernement n'a aucunement l'intention de céder en retirant l'article 2 de la loi, celui qui favorise les accords au niveau de l'entreprise au lieu des branches et cristallise les tensions. Mais, hier, après avoir forcé la main à la direction de la SNCF pour proposer un accord sur le temps de travail favorable aux cheminots, Manuel Valls a de nouveau fait un geste. Le Premier ministre a ainsi promis à la SNCF 100 M€ supplémentaires en 2017 pour la rénovation du réseau ferroviaire. « On est allé le plus loin possible dans la main tendue », estime Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement. Voilà pour la carotte. Car à l'Assemblée nationale, Alain Vidalies a aussi manié « le bâton ». Le secrétaire d'Etat chargé des Transports a ainsi clairement remis la pression sur les grévistes de tous poils, des cheminots aux pilotes d'Air France qui, eux, s'apprêtent à entrer dans la danse le 11 juin. « La grève qui continue à la SNCF est incompréhensible et celle qui s'annonce chez Air France l'est tout autant, surtout avec l'Euro », a-t-il lancé hier.

 

Pourrissement

 

Le gouvernement fait ainsi le pari que la CGT de Philippe Martinez, son secrétaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 6 mois

    "le pressing". A l'heure où les Anglais veulent quitter l'UE, on est envahi de mots anglais, jusque dans les émissions de télé (Newsroom de LCI, par ex., etc.). Les Anglo-saxons : à la lourde!

  • miez1804 il y a 6 mois

    Voila ou nous mene le "tout sauf SARKO!", Bravo!

  • JOG58 il y a 6 mois

    aucune autorité, se ne sont pas les millions distribués qui vont solutionner le differend. L'executif n'a rien compris et est encore plus incompetent que je ne le pensais

  • phili646 il y a 6 mois

    Pour obtenir satisfaction c'est avec un "bonnet rouge" qu'il faut manifester !!!!

  • M7361806 il y a 6 mois

    La FRANCE a un bon Patron MARTINEZ si les deux rigolos pouvaient sauver le foot ce serait le pied !

  • M7403983 il y a 6 mois

    Faute de frappe : le pli de son ............

  • dhote il y a 6 mois

    Je ne comprends pas l'angoisse de Hollande et Valls ils n'ont donc aucune autorité sur leurs amis, leurs électeurs ???

  • benoitdh il y a 6 mois

    Ils sont à genoux devant saint Martinez!

  • g.pajot il y a 6 mois

    La pression il pourrait la mettre sur le financement des syndicats avec nos impôts... il suffit de couper les vivres et d'alléger pour nous cette pression fiscale.

  • frk987 il y a 6 mois

    Moi je sais phili646, mais ça lui procurera du plaisir.......