Grèves et blocages : les entreprises au ralenti

le , mis à jour à 09:38
0
Grèves et blocages : les entreprises au ralenti
Grèves et blocages : les entreprises au ralenti

Le mouvement contre la loi Travail s'est encore durci hier à la veille d'une nouvelle journée d'action (voir ci-contre), poussant le gouvernement à des mesures exceptionnelles pour empêcher la paralysie de l'économie, comme l'autorisation de temps de conduite dérogatoires pour les transporteurs, des ponctions dans les réserves stratégiques de carburant et des interventions musclées pour débloquer des dépôts pétroliers. Malgré tout, pour les automobilistes, les difficultés pour faire le plein de carburant se sont étendues avec environ 30 % des près de 12 000 stations-service françaises en pénurie totale ou partielle. Il faut dire que l'ensemble des organisations patronales (le Medef, la CGPME, la FNSEA des agriculteurs, etc.) a tiré la sonnette d'alarme hier et a appelé à « veiller au respect du droit ».

Sur les huit raffineries du pays, seules deux fonctionneront encore à peu près normalement dans les prochains jours (voir infographie). Les difficultés d'approvisionnement en essence et produits pétroliers ainsi que les grèves impactent un grand nombre de secteurs économiques. Revue de détail.

Certains routiers au chômage technique

L'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) s'inquiète : « Si rien n'est fait d'ici ce week-end, ça va devenir très compliqué pour beaucoup de TPE et de PME qui n'ont pas de cuves, prévient Yann Viguié. C'est déjà dur en Bretagne, en Normandie et en Ile-de-France, où certains chauffeurs sont au chômage technique. Même si c'est illégal, quelques entreprises envisagent d'utiliser du fioul qui, lui, est disponible. Un camion qui ne roule pas, c'est entre 600 € et 700 € de pertes par jour. »

Chimie : forte réduction d'activité

Pour plus d'une cinquantaine de grosses entreprises dont l'activité — fabrication de lubrifiants, de mastic, de colles — est liée au pétrole, la situation est tendue. « Depuis plusieurs jours, notre perte de production ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant