Grève SNCF : «On peut sortir de la crise ce week-end», assure Lepaon (CGT)

le
8
Grève SNCF : «On peut sortir de la crise ce week-end», assure Lepaon (CGT)
Grève SNCF : «On peut sortir de la crise ce week-end», assure Lepaon (CGT)

Rebondissement dans le bras de fer entre la CGT et le gouvernement sur le projet de réforme ferroviaire. Alors que le scénario de la poursuite de la grève à la SNCF en plein pendant les épreuves écrites du bac donne des sueurs froides au gouvernement, Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, a décidé de sortir de son silence au quatrième jour du conflit.

Dans une lettre adressée vendredi à François Hollande, dont nous avons obtenu une copie, il a pris la plume avec Gilbert Garrel, le secrétaire général de la fédération CGT des cheminots, pour clarifier les revendications de son syndicat qui s'est attiré les foudres de l'opinion. Afin de trouver une sortie de crise au plus vite, Thierry Lepaon demande l'intervention du président de la République et réclame l'ouverture des discussions dès ce matin. Il s'explique.

Pourquoi en appelez-vous au président de la République?

THIERRY LEPAON.  La situation est suffisamment préoccupante pour notre pays. Quand la France est paralysée par un conflit et que l'on veut faire porter la responsabilité à la CGT, je ne me laisse pas faire. On peut trouver une sortie de crise ce week-end. Pour cela, il faut ouvrir de vraies négociations dès aujourd'hui avec la CGT. Voilà pourquoi j'en appelle directement au président.

Que faites-vous de l'accord de fin de conflit proposé par le ministre des Tranports, Frédéric Cuvillier ?

On n'a jamais vu cela ! Ce texte est signé par deux syndicats ultra minoritaires, qui ne sont même pas dans le conflit. Un accord ça se négocie avec les protaganistes en lutte. La CGT ne se réveille pas à quelques jours du débat à l'Assemblée sur le projet de réforme ferroviaire du gouvernement. Cela fait un an et demi qu'on discute. On a remis des notes blanches à Guillaume Pépy, le patron de la SNCF, Jean-Marc Ayrault lorsqu'il était Premier ministre, à Manuel Valls, au président de la République. Personne ne peut faire semblant de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le samedi 14 juin 2014 à 10:39

    CERTAINEMENT les co/chons de payeurs que sont les contribuables paieront la note et les jours de grève

  • M5135837 le samedi 14 juin 2014 à 10:02

    Mettons les salariés de la SNCF au même régime que le privé: retraite moyenne de 1166€ au lieu de 2433€ et départ à la retraite à 62 ans au lieu de 55! Sans compter de généreux salaires d'activité, des billets gratuits pour toute la famille, un CE généreux et ...tout cela au frais du contribuable! 50 milliards de dettes, une fiabilité plus que douteuse et aucun service au public. N'oublions pas que la SNCM était filiale de la SNCF! Réformons! Réformons!

  • b.renie le samedi 14 juin 2014 à 09:36

    Il est clair que l'interruption du trafic SNCF,qu'aucun responsable n'assume, n'est pas clairement motivée car elle est l'expression d'une minorité qui n'accepte pas que l'intérêt du pays passe avant tout. Peut-on expliquer autrement que ce qui est une réussite en Grande Bretagne, en Allemagne, en Italie, fasse problème seulement en France.Raymond ARON a écrit dans le Spectateur engagé : Il faut que les trublions acceptent que 1789 c'est fini.

  • M1257259 le samedi 14 juin 2014 à 08:45

    C le moment ou jamais pour que le nain montre qu il a des k.... S il lui en reste...

  • A4DF14 le samedi 14 juin 2014 à 08:15

    on pourrai aussi sortir les CGT qui ne défendent que leur propre intérêt au détriments des clients qui n'ont pas d'alternatives pour se déplacer. Mais ce sont que des idiots d'usagers qui "compatissent" au mouvement. Alors que faire............On peut être sur que la négo du week end sera positive. que la SNCF soit compétitive en 2019, on s'en fout, puisque ce seront les mêmes qui gèreront les voies. Notre France est completement verrouillé pas ces lobbies

  • M3811495 le samedi 14 juin 2014 à 07:39

    Taxis, SNCF, Intermittents du spectacle... LE CONSERVATISME DE DROITE ET DE GAUCHE à la manœuvre et qui bloque l'évolution et l'adaptation de notre pays aux défis de demain.... RIEN DE NOUVEAU SOUS LE SOLEIL. Passons outre !

  • JERIKAE2 le samedi 14 juin 2014 à 06:12

    les supers privilegiés crachent dans la soupe et prennent le pays en otages , les socialos pris a leur propre piege,

  • bignou56 le vendredi 13 juin 2014 à 23:36

    on sait très bien que les responsables de syndicats lancent des grèves pour récupérer une valise de billets pour arrêter un mouvement.Les cheminots,eux,ne font greve que pour rester chez eux.