Grève-Le Guen appelle Air France à clarifier son projet

le
3

PARIS, 22 septembre (Reuters) - Le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen a appelé lundi la direction d'Air France AIRF.PA , où les pilotes entament lundi une deuxième semaine de grève, à apporter des éclaircissements sur son projet pour Transavia Europe. La direction prévoit d'assurer 41% des vols lundi, avec un pourcentage de grévistes qui s'établit à 65%. Les pilotes protestent contre la stratégie de développement de la filiale à bas coûts Transavia, notamment contre l'ouverture de trois nouvelles "bases" en dehors de la France et des Pays-Bas l'an prochain, et réclament un contrat de travail unique quelle que soit la compagnie. Jean-Marie Le Guen a souligné sur Europe 1 qu'un consensus se dessinait entre la direction et les syndicats sur le dossier de Transavia France. "Le deuxième dossier c'est Transavia Europe, qui crée un certain nombre de craintes, la problématique de délocalisation (...) et je pense que là-dessus il faut que très rapidement la direction apporte un certain nombre d'éclaircissements. En tout cas il faut que le travail maintenant reprenne", a-t-il ajouté. Le Premier ministre Manuel Valls avait appelé jeudi les pilotes à cesser cette grève qui pèse "lourdement" sur la compagnie et sur l'attractivité de la France. Le mouvement des pilotes coûte entre 10 et 15 millions d'euros par jour à la compagnie, selon son PDG. Vers 9h20, le titre était en repli de 3,2% à 7,8 euros. (Marion Douet, édité par Jean-Michel Belot)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le lundi 22 sept 2014 à 12:15

    L irresponsabilité des socia lopes n' a pas de limite ( comme leur démagogie, ça va d' ailleurs de paire )

  • frk987 le lundi 22 sept 2014 à 10:41

    Pauvre le Guen, vraiment rien compris à la réalité du problème , bah c'est un socialo...tout s'explique.

  • jbellet le lundi 22 sept 2014 à 10:31

    les socialistes défendent les riches nantis au détriments des sans dent