Grève générale et émeutes urbaines : comprendre la situation à Mayotte en 4 points

le
0
Une barricade sur la route du village de Bandrele à Mayotte le 13 avril 2016.
Une barricade sur la route du village de Bandrele à Mayotte le 13 avril 2016.

L’île est confrontée depuis deux semaines à un mouvement social désormais doublé de violences urbaines, qui mettent en lumière ses difficultés sociales et économiques.

Barrages routiers, arbres arrachés, jets de pierres et voitures endommagées : la pression monte à Mayotte, où une grève générale paralyse l’activité économique depuis deux semaines, et se double depuis lundi de violences entre bandes de jeunes dans la capitale Mamoudzou. Deux mouvements qui expriment de manière différente l’exaspération des 220 000 Mahorais.

1. Deux semaines de grève générale L’île de Mayotte, située dans l’océan Indien, à 8 000 kilomètres de Paris, est quasiment paralysée depuis le 30 mars par une grève générale lancée par une intersyndicale (CGT, FSU, UD FO, l’UIR CFDT, SAEM, SNUipp et Solidaires) qui fait suite à un mouvement entamé en novembre et suspendu à cause de l’état d’urgence.

Les principaux axes routiers sont bloqués chaque jour par des barrages qui ralentissent l’activité économique, vident les supermarchés et perturbent la tenue de certains examens. Des manifestations ont rassemblé plusieurs centaines de personnes, et le mouvement a reçu le soutien des élus du conseil départemental.

2. Une revendication, l’« égalité réelle » Le mouvement réclame l’« égalité réelle » entre Mayotte et la métropole. L’île a choisi en 1976 de rester française, alors que le reste des Comores accédait à l’indépendance, et est officiellement devenue le 101e département en mars 2011. Toutefois, elle ne jouit pas encore totalement des mêmes droits que les autres territoires français dans plusieurs domaines.

Le code du travail. Aujourd’hui, le code du travail qui s’...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant