Grève générale en Grèce, sur fond de crime politique

le
0
Les fonctionnaires refusent le nouveau train d'austérité qui vise à supprimer plusieurs milliers de postes dans la fonction publique. Les défilés ont été assombris par le meurtre d'un rappeur militant antifasciste, mardi soir, à Athènes.

Athènes

D'Athènes à Thessalonique, les principales villes du pays sont de nouveau bloquées, ce mercredi, par une grève générale contre l'austérité. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue banderoles à la main. Dans la capitale, les manifestants occupent la place devant le Parlement. Ils protestent contre les 4000 suppressions de postes envisagées dans le secteur public. Et la mise en disponibilité forcée de 25.000 autres fonctionnaires.

La mobilisation est pacifique mais le climat est alourdi par le meurtre, mardi soir, d'un rappeur de 34 ans, qui militait contre le fascisme et le racisme qui gagne le pays. Il succombé à ses blessures après avoir été attaqué à coups de couteau dans un café du...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant