Grève générale en Belgique, les transports paralysés

le
2

BRUXELLES, 15 décembre (Reuters) - La Belgique a été paralysée lundi par une grève générale, la première depuis 2005, organisée à l'appel des syndicats pour protester contre la politique d'austérité du gouvernement. L'aéroport de Bruxelles-National a dû annuler quelque 600 vols en raison d'un arrêt de travail des contrôleurs aériens. Pilotes, hôtesses et stewards ainsi que le personnel au sol étaient également appelés à débrayer pendant 24 heures. Eurostar, qui assure la liaison ferroviaire Londres-Bruxelles, a annoncé que tous les trains vers la capitale belge s'arrêteraient en France à Lille. Thalys a également annoncé avoir annulé la plupart de ses trains vers l'Allemagne, la France et les Pays-Bas. Les autobus, les tramways et le métro ont aussi été touchés, mais la circulation est restée fluide sur les grands axes routiers du pays. De nombreux employés avaient été invités à travailler à domicile ou à prendre un jour de congé. Au port d'Anvers, l'un des plus importants d'Europe, plus de cinquante navires n'ont pu ni mouiller ni appareiller. A Gand, les syndicats ont bloqué une route proche d'une usine du sidérurgiste Arcelor ISPA.AS . A Bruxelles, la police a repoussé des ouvriers grévistes qui jetaient des oeufs et des fusées d'artifice sur les locaux du parti séparatiste flamand N-VA, l'un des quatre partis de la coalition au pouvoir. Les syndicats ont qualifié le mouvement de très réussi. Voka, un réseau d'entreprises flamand, a assuré au contraire que 77% des sociétés qu'il a interrogées à Bruxelles et dans les Flandres n'étaient pas affectées par la grève. Cette grève est l'aboutissement d'une campagne contre la politique de rigueur du gouvernement, marquée par un vaste défilé de plus de 100.000 personnes le 6 novembre à Bruxelles et d'une série de grèves régionales de 24 heures organisées au cours des trois dernières semaines. On ignore encore quelles seront les suites du mouvement, qui a fait écho à d'autres manifestations contre l'austérité en Europe et survient trois jours après une grève générale en Italie contre un projet de réforme du marché du travail du gouvernement de centre gauche de Matteo Renzi. ID:nL6N0TW2C2 Le gouvernement de droite du Premier ministre Charles Michel, entré en fonction à la mi-octobre, veut relever à terme l'âge de départ à la retraite de 65 à 67 ans. Il prévoit aussi de renoncer à une indexation des salaires sur l'inflation prévue en 2015. (Philip Blenkinsop; Danielle Rouquié et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M601364 le lundi 15 déc 2014 à 17:48

    68 ans la retraite c'est bien ,encore plus de chomeurs

  • M601364 le lundi 15 déc 2014 à 17:47

    1968 c'est pas trop tôtpas de chocolat à Noel ni de cigarettes