Grève des pilotes Air France : aucune sortie de crise en vue

le
16
Grève des pilotes Air France : aucune sortie de crise en vue
Grève des pilotes Air France : aucune sortie de crise en vue

Au quatorzième jour de grève, la grève des pilotes d'Air France devient une guerre de tranchées avec des positions figées. Ce dimanche, la compagnie prévoit d'assurer 45% de ses vols en raison du nombre moins important de liaisons opérées par sa filiale Hop! par rapport aux autres jours de la semaine. Selon la direction, le taux de pilotes grévistes est estimé à 54% contre 57% samedi.

Pour le moment, le préavis de grève des principaux syndicats de pilotes court jusqu'au mardi 30 septembre mais le SNPL (principal syndicat) a fait savoir, hier samedi, «qu'en fonction de l'évolution de la situation», la décision de poursuivre le mouvement au-delà de cette date pourrait être prise...

Probléme : malgré les pressions pour faire cesser le mouvement et les mises en garde sur le péril encouru par Air France en cas de poursuite de la grève, avec une perte pour la compagnie de 20 millions d'euros par jour, aucune sortie de crise ne pointe à l'horizon. Et ce, malgré les appels répétés du Premier ministre Manuel Valls à arrêter une grève «insupportable».

Les syndicats et la direction s'accusent mutuellement de refuser toute concession. Les pilotes demandent «la mise en place d'un contrat unique» pour les équipages opérant sur les avions d'Air France ou sur ceux de sa compagnie low cost Transavia. De son côté, la direction d'Air France affirme présenter «un plan de sortie de crise équilibré, qui apporte des garanties aux pilotes et répond en grande partie aux inquiétudes exprimées tout en permettant le développement de Transavia aux conditions du low cost.»

Les pilotes de Transavia ont peur de payer les pots cassés

Si officiellement les négociations sont actuellement au point mort, il semble néanmoins que les discussions continuent en sous main. A tel point que cela commence à inquiéter les pilotes qui travaillent depuis huit ans chez Transavia.

Samedi soir, le principal syndicat de pilotes de Transavia ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le dimanche 28 sept 2014 à 22:09

    Et le petit manu félicite la fermeté du gouvernement ? Comment se moquer du monde ?? C'est les premiers à avoir céder avant de devenir la risée du monde face aux syndiqués du snpl. Un pas en avant, 2 pas en arrière. C'est cool la politique en France. On apprend bien la valse.

  • gl060670 le dimanche 28 sept 2014 à 11:16

    du calme petit !!!! faut pas donner des conseils stupides.

  • M476110 le dimanche 28 sept 2014 à 11:16

    Je suis actionnaire et même si je devais tout perdre il faut que la Direction tienne le cap. Il faut surtout que cette caste ne gagne pas ! Ce qui est en jeu: l'intérêt de la compagnie Air France, l'intérêt de la France dans une certaine mesure et, tout simplement, l'honneur de ces millions de gens qui travaillent beaucoup plus pour beaucoup moins !

  • faeric le dimanche 28 sept 2014 à 11:07

    Vendez l'action, meme a perteLa greve va couler la compagnieLes pilotes s'envoleront vers d'autres cieux et les salariés d'AF iront pointer au chomage

  • lamouss1 le dimanche 28 sept 2014 à 10:56

    http://blogs.mediapart.fr/blog/p-dever/270914/gloire-aux-pilotes-dair-france

  • coriolix le dimanche 28 sept 2014 à 10:51

    Les actionnaires et l'état payeront les pots cassés donc ils peuvent continuer.

  • M8252219 le dimanche 28 sept 2014 à 10:51

    Risible cet état d'esprit de salariés hauts de gamme si ça n'était pas catastrophique pour l'entreprise.le système social français est bien mort,le pouvoir de nuisance des syndicats étant devenu la seule réponse aux difficultés rencontrées par la crise actuelle.Et en plus des Fos-kus planqués derrière leur délégation syndicale pour ne pas perdre 1 centime de leurs revenus (entre 15000 et 28000 euros par mois)le système social français s'il n'est pas encore mort est Po

  • motupro le dimanche 28 sept 2014 à 10:47

    C'est incroyable cette incapacité historique à prendre une décision pragmatique. Aucun management au monde ne se serrait permis de regarder défiler des jours de grève sans agir. Mais aucun management au monde n'est coincé entre l'intérêt de l'entreprise et un arbitrage politique sous-jacent.

  • aekern le dimanche 28 sept 2014 à 10:39

    Je ne voyagerai plus jamais sur Air France, désolé aux employés modèles, mais ces gens ne méritent plus notre confiance

  • aetier le dimanche 28 sept 2014 à 10:34

    les pilotes savent qu'ils ont affaire à un gouvernement et ,avant tout, à un chef d'état, faibles,qui cédent à chaque fois....