Grève des médecins : les raisons de la colère

le
0
Grève des médecins : les raisons de la colère
Grève des médecins : les raisons de la colère

L'ensemble du monde médical est en ébullition. Les médecins libéraux, bien sûr, mais aussi l'hôpital. Ce sont d'ailleurs les urgentistes qui ouvrent le bal de la protestation dès aujourd'hui. Ils arboreront des brassards noirs pour obtenir la semaine de... 48 heures de travail.

Quant aux généralistes et aux spécialistes, si -- et c'est une première -- tous leurs syndicats les appellent à faire grève entre le 23 et le 31 décembre, c'est parce qu'ils sont vent debout contre le projet de loi de santé du gouvernement. Certaines organisations de praticiens, à l'image de la Fédération des médecins de France (FMF), réclament son retrait pur et simple.

Dans le détail, c'est la généralisation du tiers payant obligatoire qui suscite le plus de remous. Une mesure défendue bec et ongles par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, dont les médecins ne veulent pas entendre parler. Selon eux, sa mise en œuvre se traduirait -- notamment -- par plus de complexité administrative.

Autre pomme de discorde : l'idée de confier à des paramédicaux (pharmaciens et sages-femmes) le soin de réaliser certains actes, comme la vaccination. Un transfert de compétences que les médecins ne digèrent pas... Enfin, et c'est là aussi un sujet explosif, le renforcement des pouvoirs des agences régionales de santé reste en travers de la gorge des généralistes et des spécialistes. Ces derniers redoutent des lourdeurs administratives. La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) réclame ainsi le retrait « de toute mesure d'étatisation et de bureaucratisation » contenue dans la future loi de santé.

Les revendications ne se limitent toutefois pas au seul projet de loi du gouvernement. La plupart des syndicats de médecins réclament une hausse (de 23 à 25 €) du tarif de consultation des généralistes. Ils s'insurgent également contre le « harcèlement » qu'ils disent subir de la part des caisses d'assurance maladie. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant