Grève des intermittents : le gouvernement validera l'accord contesté

le
18
Grève des intermittents : le gouvernement validera l'accord contesté
Grève des intermittents : le gouvernement validera l'accord contesté

Les intermittents du spectacle ont appelé ce lundi à une journée d'action nationale pour protester contre le durcissement de leur régime d'indemnisation. Depuis ce matin, le gouvernement, Manuel Valls en tête, multiplie les déclarations pour trouver une porte de sortie dans ce conflit qui menace les festivals d'été. S'il propose une remise à plat à terme, dans le même temps, le gouvernement a confirmé aux partenaires sociaux qu'il validerait la convention d'assurance chômage, contestée par les intermittents, dans un rapport remis au Conseil national de l'emploi et dont l'AFP a obtenu copie. Sur le terrain, les annulations de spectacles et d'émissions se multiplient.

Plusieurs milliers d'intermittents se sont rassemblés cet après-midi sous les fenêtres du ministère de la Culture, à l'appel de la CGT, fer de lance du combat côté syndical. Le comédien Philippe Torreton, le metteur en scène Alain Françon, des artistes de la Comédie-Française voisine et du Théâtre du Soleil étaient présents.

ILS SONT VENUS ILS SONT TOUS LÀ ! Paris, Palais-Royal #intermittents #interimaires #precaires pic.twitter.com/dhjurakiOz? CGT SPECTACLE (@cgt_spectacle) June 16, 2014

Et en fin de matinée, plusieurs dizaines de personnes, dont l'ancien ministre de la Culture Jack Lang, le romancier Daniel Pennac et le metteur en scène Stanislas Nordey ont manifesté en fin de matinée place de la Concorde, à l'appel du directeur du théâtre du Rond-Point, Jean-Michel Ribes.

Le rapport dans lequel le gouvernement confirme qu'il validera la convention chômage

Dans un rapport remis au Conseil national de l'emploi et dont l'AFP a obtenu copie, le ministre de l'Emploi «envisage d'agréer la convention du 14 mai et les textes qui lui sont associés», écrit le gouvernement. La convention «entrera en vigueur le 1er juillet pour une période de deux ans» et «préserve le caractère spécifique du régime des intermittents du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM le mardi 17 juin 2014 à 10:30

    Mort de rire. Les gens de gauche contre les gens de gauche. Qui va perdre ? Très probablement les salariés du privé, comme d'habitude.

  • pbenard6 le lundi 16 juin 2014 à 17:19

    une plume dans le c ul suffit pour devenir intermittent

  • kejocol le lundi 16 juin 2014 à 17:11

    Ils ont vote PS alors maintenant qu'ils assument car le changement pour eux c maintenant. Alloc chomage, oui, mais avec une contrepartie ce qui serait normal. La France n'a plus les moyens de payer, indemniser, assister.

  • d.jousse le lundi 16 juin 2014 à 16:40

    Le nombre d'intermittents vient de doubler!!! Cela confirme t'il que ce "marché" est juteux. Les gland-us sont plus malins qu'on peut le croire. A quand l'arrêt de toutes ces niches pour rémunérer les sangsues de notre société.

  • M2286010 le lundi 16 juin 2014 à 16:37

    S'ils annulent les spectacles, ils auront beaucoup moins de travail et seront indemnisés par leur régime de chômage qui doit donc être bon...

  • nebraska le lundi 16 juin 2014 à 16:34

    dotcom1 - Perso je ne pourrais pas rester 6 heures sans bouger, j'me casserais la figure du pied d'estal au bout de 10 minutes. A la limite remarque, ce serait plus marrant pour les passants.

  • dotcom1 le lundi 16 juin 2014 à 16:31

    N'importe qui peut se déguiser en Ramses II et faire la statue pendant 6 heures sur un pont...

  • ceriz le lundi 16 juin 2014 à 16:28

    les spectacles? en cette période d'ultra crise? c inutile comme l 'essaim de nos élus ! qu'on devrait destituer par la force !!!!!! comme en 1789 .

  • pbenard6 le lundi 16 juin 2014 à 16:28

    les millionnaires du genre Arthur doivent indemniser ceux qu'ils font travailler

  • soulamer le lundi 16 juin 2014 à 16:23

    si le secteur est aussi rentable pourquoi ne peut il pas s'autogerer sans les subventions et les assedic