Grève des fonctionnaires : des dizaines de vols annulés

le
1
Grève des fonctionnaires : des dizaines de vols annulés
Grève des fonctionnaires : des dizaines de vols annulés

Paralysie dans plusieurs aéroports de France. Plusieurs dizaines de vols ont été annulés ce jeudi matin au départ ou à l'arrivée des aéroports de Toulouse, Orly, Roissy, Lyon Saint-Exupéry, en raison de la journée d'action des fonctionnaires relayée par les syndicats des contrôleurs aériens, a-t-on appris de sources aéroportuaires et auprès de l'aviation civile. 

Selon un porte-parole de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), une douzaine de vols ont été annulés à Roissy et des retards en moyenne d'une heure constatés au départ des vols perturbés à Orly. A Orly, de source aéroportuaire, une «vingtaine de vols ont été annulés à chaud» jeudi matin en raison du mouvement social. Dans les aéroports parisiens, «le service minimum a été activé» momentanément en début de matinée pour assurer la régulation du trafic.

Dans le Sud-Est, au centre de régulation d'Aix-en-Provence, le service minimum sera actif «toute la journée». Néanmoins, la grève des contrôleurs aura un impact sur les vols transitant par les aéroports de Marseille, Lyon et Nice, dit l'aviation civile sans plus de précision.

16 vols annulés à Toulouse Blagnac

A Toulouse-Blagnac, au moins seize vols ont déjà été annulés à la mi-journée et plusieurs autres retardés, en moyenne d'une demi-heure, selon la plateforme aéroportuaire. D'autres vols étaient annoncés retardés ou annulés dans la journée.

De même, à Lyon Saint-Exupéry, sept vols ont été annulés dans la matinée. Sur place, la colère monte parmi les passagers. «Nous avions pu voir sur le site internet de l'aéroport qu'il y avait un mouvement social. Lorsque j'ai appelé ma compagnie ils m'ont toutefois dit que mon vol était maintenu mais il a par la suite été annulé», raconte un passager excédé qui devait s'envoler pour Barcelone, en Espagne. Hors tous les vols pour Barcelone ce jour sont annulés. «Il y a un problème de communication sur les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kejocol le jeudi 15 mai 2014 à 17:39

    et oui, ca confirme encore que ces fonctionnaires sont des nantis, des privilegies car eux seuls ont les moyens de faire greve. la dette publique vient qd meme en grande partie du surnombre de fonctionnaires embauches par l'etat. l'action qui s'impose est de reduire les effectifs, reduire les salaires et augmenter le temps de travail réel.