Grève des contrôleurs aériens en Belgique, des aéroports fermés

le
0
    BRUXELLES, 12 avril (Reuters) - Les contrôleurs aériens 
belges ont entamé mardi un mouvement social qui a entraîné la 
fermeture totale ou partielle de plusieurs aéroports, dont celui 
de Bruxelles, pour protester contre un accord social conclu plus 
tôt dans la journée entre leur autorité de tutelle et le 
syndicat des employés du service public. 
    L'entreprise publique chargée du contrôle du trafic aérien 
(Belgocontrol) et la Centrale générale des services publics 
(CGSP), qui regroupe tous les employés du secteur, se sont 
notamment entendus sur un recul à 58 ans de l'âge du départ à la 
retraite. 
    Le syndicat des contrôleurs aériens BGATC, opposé à cet 
accord, a appelé ses membres à se porter malade, contraignant 
Belgocontrol à envisager la "fermeture totale de l'espace aérien 
belge". 
    "Actuellement le contrôle du trafic aérien n'est pas 
possible à Brussels Airport", peut-on lire sur le site internet 
de l'aéroport de la capitale belge, qui fonctionnait déjà à 
capacité limitée depuis sa réouverture le 3 avril suite au 
double attentat du 22 mars. 
    "Par conséquent, il n'y pas de décollages ni 
d'atterrissages. La situation est évaluée et la direction de 
Belgocontrol cherche des solutions opérationnelles", ajoute le 
bref communiqué. 
    L'aéroport de Charleroi n'accepte plus de son côté que les 
vols à l'atterrissage, indique l'agence de presse Belga. 
     
 
 (Alastair Macdonald et Alissa de Carbonnel; Tangi Salaün pour 
le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant