Grève des chauffeurs de Megabus, la limite des "cars Macron" ?

le , mis à jour à 11:37
39

La compagnie de bus, qui compte 34 autocars et 175 salariés, cessera prochainement ses activités, privée de son unique contrat de prestation avec l'Allemand Flixbus.

Des passagers de Megabus à Toulouse le 10 septembre 2015. (Illustration) ( AFP / REMY GABALDA )
Des passagers de Megabus à Toulouse le 10 septembre 2015. (Illustration) ( AFP / REMY GABALDA )

"Les cars Macron sentent le sapin", écrivait mercredi 16 novembre la CGT-Transports quelques minutes après l'annonce de l'ancien ministre de l'Économie à l'élection présidentielle. Les 175 salariés de Megabus.com France, "en faillite et cessation d'activité", "subissent de plein fouet les effets de la loi Macron" de 2015 dénonçait l'organisation syndicale. Et pour cause, la société française de transport par autocar a été privée de son unique contrat de prestation avec l'allemand Flixbus.

Face à cette situation, les chauffeurs de Megabus étaient en grève ce vendredi 18 novembre à l'appel d'une intersyndicale CGT-CFDT-Unsa jeudi, au lendemain d'une rencontre avec la direction infructueuse. Ils réclament un plan social de haut niveau. "Les négociations sont au point mort", l'autocariste "ne propose que 2.000 euros" d'indemnités supralégales de licenciement, insuffisant au regard du "préjudice subi" pour Natasha Pinçon, représentante du personnel.

Les salariés prévoient de manifester en matinée devant Bercy, où une délégation doit être reçue par des représentants de Bercy, du Travail et des Transports, après une opération escargot avortée à l'aube sur le périphérique parisien. Vendredi à 6h00, seuls trois autocars avaient réussi à sortir du dépôt de bus, quai de Bercy, pour rouler sur le périphérique. Une vingtaine de chauffeurs sont restés à quai, leurs clefs ayant été "cachées" pour qu'ils ne sortent pas et un car garé en travers de la sortie. Ils n'ont pas forcé le passage: "on n'est pas là pour abîmer le matériel, on est des professionnels de la route, pas des voyous. Derrière il y a des familles, des enfants, on se bat surtout pour eux", explique à l'AFP Rachid Tamar, conducteur venu de Lyon.

"UN MIROIR AUX ALOUETTES"

Il y a un an, "ils nous ont démarché", "vendu du rêve". "On a tous quitté des CDI", certains ont déménagé, acheté des maisons à crédit, pour aujourd'hui "nous dire 'Merci, au revoir'", déplore-t-il.

Megabus France, propriété du groupe britannique Stagecoach, avait cédé fin juin toutes ses activités en Europe continentale à l'allemand Flixbus, qui les avait reprises en sous-traitance. Le repreneur a mené "un travail d'optimisation qui est terminé", a confirmé en septembre dernier à l'AFP Pierre Gourdain, directeur de Flixbus France. Sur les lignes en doublon, les sous-traitants locaux ont ainsi été préférés à l'ancien concurrent. "Nous avons donné la priorité à nos partenaires sur nos lignes françaises", explique-t-il.

Cet échec est pour la CGT-Transports une première illustration des "effets de la loi Macron" , un "miroir aux alouettes" pour le syndicat SNTL-Unsa.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 il y a 3 semaines

    ce n'est pas Macron qui est en cause mais Megabus qui proposait des trajets à 1€ , c'était intenable !!

  • dotcom1 il y a 3 semaines

    L'anglais Stagecoach a perdu le contrat avec l'allemand Flixbus, et tout ca c'est bien sûr la faute à Macron. Ils sont forts à la CGT.

  • heimdal il y a 3 semaines

    C'est quand même étonnant un article avec un titre évoquant un semi-échec de Macron 2 jours après sa déclaration de candidature !L'AFP serait-elle aux ordres ?

  • warneton il y a 3 semaines

    Pavot 47 est un peu simplet faut pas lui en vouloir des neneux il y en a partout et de plus en plus hélas 😂

  • M7097610 il y a 3 semaines

    Macron ne comprend pas grand chose à l’économie. C'est bien pour cela qu'il n'est plus chez Rothschild et qu'il s'est empressé de retourner dans son administration d'origine. Fonctionnaire, c'est tellement plus confortable.

  • Berg690 il y a 3 semaines

    patjo47 mettre ça sur le dos des syndicats est ubuesque!

  • warneton il y a 3 semaines

    Voilà du Mâcon tout cracher et ça veut diriger le pays Un Sarkozy suffit le pays est assez mal en point depuis 10 ans sans en rajouter

  • pversaul il y a 3 semaines

    Les professionnels avisés n'ont jamais douté un instant de l'issue de cette affaire et, ce, dès l'annonce de la libéralisation .

  • jean.coq il y a 3 semaines

    La photo ci-dessus n'a pas été prise à Toulouse mais dans une gare routière en Grande-Bretagne. Conduite à droite pour une circulation à gauche.

  • Garasixt il y a 3 semaines

    wanda6, voyez le Medef, la machine à mentir.