Grève à Météo-France : qui peut se passer de prévisions météo ?

le
4
Grève à Météo-France : qui peut se passer de prévisions météo ?
Grève à Météo-France : qui peut se passer de prévisions météo ?

L'intersyndicale Météo-France (CGT, FO et Solidaires) débute une grève ce samedi et jusqu'au mardi 14 juin. En pleine mobilisation contre la loi Travail et au lendemain d'un épisode de crue particulièrement dévastateur, les prévisionnistes dénoncent une politique gouvernementale qui, à terme, menace de «couler» l'établissement public. Ce dernier est toutefois tenu à un service minimum. Et heureusement, car comment vivrions-nous sans leurs précieuses prévisions et leurs alertes ? Tour d'horizon des secteurs qui en pâtiraient le plus.

 

Les métiers paralysés sans prévisions météo

Les métiers de l'aviation. Pilotes, navigants ou contrôleurs aériens, tous sont totalement dépendants des prévisions météo. Les tracés de vols, d'abord, nécessitent une étude minutieuse des tendances. Puis tout au long du vol, pilotes et contrôleurs au sol doivent adapter leur instructions. Les plus grosses turbulences doivent être évitées. Par ailleurs, toute la mécanique d'un aéroport, de l'accueil différé des passagers aux horaires d'ouverture de la restauration, dépend plus ou moins de l'anticipation météorologique. Par extension également, la gestion du fret jusqu'aux transporteurs au sol qui dépendent du flux qui arrive des airs. Pour les pilotes amateurs, l'impératif de connaissance des prévisions est le même.

 

Les métiers de la mer. Dans la même logique que l'aérien, le secteur maritime est aussi sensible aux prévisions. Tout professionnel ou amateur consulte la météo marine avant de prendre la mer. La houle, le vent, et dans une moindre mesure les précipitations sont particulièrement surveillés. Au sol, les tours de contrôle ont le même rôle que dans l'aérien, même si elles s'occupent beaucoup moins des petits plaisanciers. La gestion du flux commercial (essentiellement touristique en France) ou du fret demande autant de logistique au sol. L'arrivée des bateaux impacte également la circulation dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a 6 mois

    Enfin on va être tranquille avec les alertes à tout va à tel point qu'on ne s'en préoccupe même plus.

  • M8252219 il y a 6 mois

    Nous ne sommes plus en 36 les profiteurs ont changés de camp. Ils sont tous les statuts spéciaux qui vivent aux crochet des entreprises , des salariés du privé et des contribuables .

  • xk8r il y a 6 mois

    les nantis encore en grève

  • jfvl il y a 6 mois

    Les privilégiés s'unissent pour nuire aux véritables travailleurs ....