Grève à Air France : «Près de 80%» des vols mardi, les pilotes ne désarment pas

le , mis à jour à 19:26
3
Grève à Air France : «Près de 80%» des vols mardi, les pilotes ne désarment pas
Grève à Air France : «Près de 80%» des vols mardi, les pilotes ne désarment pas

En théorie, mardi 14 juin est le dernier des quatre jours de grève engagée par les pilotes d'Air France. Ce jour-là, la compagnie aérienne «prévoit d'assurer près de 80% de ses vols». Selon elle, la mobilisation touche «27% de pilotes» qui entendent défendre l'emploi et les conditions de rémunérations à l'appel du SNPL (65%), du Spaf (21%) et d'Alter. Dans le détail, Air France anticipe 85% de vols long-courriers, 80% de vols intérieurs et 75 % de vols moyen-courriers de et vers Roissy Charles-de-Gaulle, sans exclure «des annulations et des retards de dernière minute». Ces prévisions sont similaires depuis le début de la grève samedi.

 

«Un coup de semonce avant le coup de canon»

 

A la veille de ce dernier jour de grève, les deux organisations représentatives à Air France, le SNPL (65% des voix) et le Spaf (21%), se sont réunis pour faire un «point d'étape». A leur sortie, ils ont annoncé qu'ils décideront «dans les prochains jours», «mercredi peut-être», des suites à donner au mouvement, a indiqué Emmanuel Mistrali, le porte-parole du SNPL.

 

«Aucun des trois syndicats ne pourra accepter de ne pas avoir été entendu», avait prévenu dès le matin Emmanuel Mistrali, dénonçant la «politique de la chaise vide» de la direction depuis le milieu de semaine dernière. «Depuis mercredi, elle s'est tournée vers le conflit et pas vers la recherche d'une solution», commentait-il. Un avis partagé par Grégoire Aplincourt, président du Spaf pour qui la grève de 4 jours était «un coup de semonce» que «la direction n'entend pas». Pour lui, la suite logique c'est «le coup de canon».

 

L'organisation des vols prime sur la négociation

 

De son côté, le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, a fait savoir dès jeudi que l'organisation du programme de vols primait sur les négociations avec les grévistes. Une attitude raillée par Emmanuel Mistrali (SNPL) : le DRH, Gilles Gateau, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 6 mois

    Les miséreux font la grève , ils devraient faire un cortège en uniforme sur les champs Élisée pour défendre leur misérable situation !!!!!!

  • coudert4 il y a 6 mois

    Peut-on confirmer que les responsables du SNPL ne sont pas en grève mais en "repos" ou "congé" ??? De qui se moquent-ils ,,

  • monjohn il y a 6 mois

    Les k-on-s ont des ailes.