Grève à Air France : les pilotes ne désarment pas, la direction impuissante

le
14
Grève à Air France : les pilotes ne désarment pas, la direction impuissante
Grève à Air France : les pilotes ne désarment pas, la direction impuissante

Le bras de fer entre direction et pilotes s'est encore durci à Air France. Le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) a rejeté, ce lundi, la proposition de la direction de la compagnie aérienne de suspendre jusqu'en décembre le projet de développement de sa filiale à bas coût Transavia, au coeur du conflit aérien depuis huit jours. Les syndicats de pilotes, qui craignent des mesures de «dumping social» avec le développement de Transavia, ne désarment pas et ont même radicalisé leur position : ils demandent désormais le retrait total du projet.

Plusieurs syndicats défendant d'autres catégories du personnel d'Air France s'y sont associés. A «contre-coeur», le PDG d'Air France KML a reconnu dans la soirée que s'il ne parvenait pas à un accord satisfaisant avec les syndicats, il renoncerait au projet tant décrié par les syndicats.

Les pilotes rejettent l'accord et radicalisent leur position. «Le mouvement est poursuivi pour toute la semaine» a confirmé Jean-Louis Barber, président du syndicat SNPL AF Alpa, lors d'une conférence de presse. «Nous demandons désormais le retrait pur et simple du projet de Transavia Europe», qu'Air France proposait seulement de suspendre. Selon le responsable syndical, cette proposition est «un artifice pour mieux faire renaître le projet en janvier, car la direction pense que les pilotes n'oseront pas faire grève à Noël». «Tous les jours depuis le début du conflit, Air France multiplie les provocations», a encore déclaré Jean-Louis Barber, estimant qu'Alexandre de Juniac, PDG d'Air France - KML avait «définitivement perdu la confiance des pilotes».

Les autres catégories du personnel rejoignent la fronde.Nouveau motif d'inquiétude pour la direction d'Air France, ce sont pas moins de huit syndicats du groupe qui sont désormais associés à cette fronde contre la direction. Dans un communiqué diffusé en début de soirée, les trois syndicats de pilotes, SNPL AF Alpa, Spaf ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • scheyde1 le lundi 22 sept 2014 à 20:09

    A 15000 € par mois, il est préférable d'engager des pilotes des pays de l'Est à 3000 € par mois

  • tixi68 le lundi 22 sept 2014 à 20:02

    bientôt les inscription à l'ANPE vont commencer

  • grinchu1 le lundi 22 sept 2014 à 20:01

    Faites comme Reagan en Californie...foutez-les tous à la porte et attendez qu'ils viennent vous manger dans la main pour être rengagés mais...moitié prix...

  • syjo le lundi 22 sept 2014 à 19:13

    l'orgueil précède toujours la chute.ils sont frits bouillis les pilotes,ce n'est qu'une question de jours,s'ils persistent.

  • gl060670 le lundi 22 sept 2014 à 18:49

    et nous on exige des licenciements et des mise à pieds rapides pour abus de grève !!!

  • gorssou le lundi 22 sept 2014 à 18:43

    Tiens on voit plus l affiche:)

  • gorssou le lundi 22 sept 2014 à 18:37

    Representative la photo, pilotons NOTRE avenir, pas celui des clients ou des collegues voire de la boite non que nenni LE NOTRE uniquement

  • Cambio17 le lundi 22 sept 2014 à 18:20

    Ah ces pilotes quel courage ! En plus les mieux payés d'Europe !!!!!!!!!!!!!

  • fernan.p le lundi 22 sept 2014 à 18:15

    C'est typique de l'air du temps : préférer tout perdre plutôt que lâcher ne serait-ce qu'une bribe de statut exorbitant.

  • fernan.p le lundi 22 sept 2014 à 18:10

    Les licenciés iront chercher un job à la SNCM