Grève à Air France : la direction propose le retrait du projet contesté

le
2
Grève à Air France : la direction propose le retrait du projet contesté
Grève à Air France : la direction propose le retrait du projet contesté

La direction d'Air France a proposé ce mercredi soir le retrait immédiat du projet Transavia Europe et la poursuite du développement de Transavia France afin de «favoriser une résolution rapide du conflit». Elle souhaite mener ce «développement dans des conditions économiques compétitives» et «appelle à une reprise immédiate du travail par les pilotes».

Le gouvernement approuve ce retrait et appelle lui aussi les pilotes à cesser la grève. «Le geste que la direction fait maintenant (...) est un geste que le gouvernement approuve et (...) chacun doit prendre (désormais) ses responsabilités. Le gouvernement considère maintenant que la responsabilité des pilotes est de cesser le mouvement», a-t-on souligné au gouvernement.

«Cette proposition équilibrée répond aux inquiétudes des partenaires sociaux en apportant une garantie renouvelée qu'il n'y aura aucune délocalisation», souligne la direction de la compagnie.

«Notre projet Transavia est un projet 100% pour la France», ont martelé Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM, et Frédéric Gagey, celui d'Air France. «Il s'agit de développer la compagnie Transavia pour la croissance en France et créer rapidement plus de 1000 emplois» dans l'Hexagone, dont 250 de pilotes», ont-ils poursuivi.

La moitié des vols cloués au sol depuis dix jours

La direction d'Air France et les pilotes sont retournés ce mercredi soir à la table des négociations sous la pression du gouvernement, pour sortir d'une grève qui cloue au sol la moitié des vols depuis dix jours.

Air France a donc mis fin à la confusion qui régnait depuis ce mercredi matin autour du sort de Transavia Europe, le gouvernement évoquant son abandon tandis que la direction continuait de parler de suspension.

Les inquiétudes des syndicats se cristallisent autour d'une compagnie à bas coût paneuropéenne qui imposerait à ses pilotes des contrats de statut local, soulevant un risque de «dumping ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jnussba5 le jeudi 25 sept 2014 à 06:32

    vous appelez ça des partenaires sociaux ?? Appelons un chat un chat , ce sont des égoïstes nantis qui veulent empêcher une entreprise sous perfusion de se développer ..EPICETOU !

  • Alex282 le mercredi 24 sept 2014 à 23:02

    La Direction d'Air France ne doit surtout pas reculer sur ce projet !!