Grève à Air France : encore un avion sur deux bloqué au sol vendredi

le
2
Grève à Air France : encore un avion sur deux bloqué au sol vendredi
Grève à Air France : encore un avion sur deux bloqué au sol vendredi

La grève à Air France se poursuit «pour le moment», a annoncé ce jeudi le SNPL, principal syndicat de pilotes, alors que l'on pouvait espérer son épilogue dans la journée. Sous la pression du gouvernement, les syndicats de pilotes et la direction, qui se tournaient le dos depuis la semaine passée, ont en effet repris mercredi le chemin des négociations. Les discussions, qui ont démarré dans la nuit, se poursuivaient jeudi matin. 

Mobilisés contre le projet Transavia Europe, les pilotes ont fait céder mercredi soir la direction d'Air France-KLM, qui a retiré ce projet phare de son nouveau plan stratégique "Perform 2020". Le syndicat a fait une «contre-proposition» qui est «actuellement étudiée par la direction», a indiqué son porte-parole Guillaume Schmid. «Dans l'attente, le mouvement se poursuit pour le moment».

Le Foll : «Il faut que cette grève s'arrête maintenant»

D'ores et déjà, il s'agit du plus long conflit de pilotes d'Air France, le précédent record, de 10 jours, ayant eu lieu en 1998. «Il faut que cette grève s'arrête maintenant», a jugé jeudi matin le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, interrogé sur Radio Classique. Sur le retrait de la réforme, salué par le gouvernement, il s'agit de trouver «les voies et les moyens» de l'appliquer après la sortie du conflit.

«Là on est bloqué sur un projet qui, stratégiquement, est important pour l'entreprise: il faut trouver les voies et les moyens qu'Air France puisse avoir ce prolongement de son activité sur les vols low cost», a encore estimé le ministre. «Nous ne cédons pas à la pression des pilotes», s'est justifié Stéphane Le Foll. «Mais la grève dure depuis dix jours avec une entreprise majeure qui avait fait des efforts et devait retrouver des bénéfices cette année».

Un avion sur deux cloué au sol

Un retour à la normale immédiat semble peu probable dans les aéroports, où la moitié des avions Air ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr



Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lilian92 le jeudi 25 sept 2014 à 14:28

    Si Transavia n'existe plus, nous irons à la concurrence, c'est simple.Des pilotes qui font grève alors qu'ils ont pour beaucoup 27000 euros par mois et travaillent 565 H par an c'est écœurant. Pourquoi Wals s'est il occupé de cela, en quoi cela le regarde ?Ils pourront recommencer, le gouvernement leur a donné raison !Mr Walls occupez-vous de ce qui vous regarde !

  • frk987 le jeudi 25 sept 2014 à 10:57

    Quelle importance, des compagnies aériennes y en a autant que des puces sur un chien...que l'Etat se mêle de ses affaires, ça suffira au bonheur de ses citoyens. Ou alors que l'Etat prenne 51% du capital, mais comme il n'en a pas les moyens, alors il se la ferme.