Grenier replonge dans l'obscurité

le
0

Sur le banc lors de la victoire de l’OL à Montpellier (2-0), Clément Grenier affichait la tête des mauvais jours dans l’Hérault. Le milieu de terrain des Gones va avoir du mal à se refaire une place dans le onze de départ lyonnais.

Lyon a trouvé la bonne formule, mais Clément Grenier ne fait pas partie de l’équation. Sur le banc des remplaçants à Montpellier (2-0, 33eme journée de L1), le milieu des Bleus s’est échauffé durant toute la seconde période avant d’assister au retour de Nabil Fekir sept mois après sa blessure. Le pas lourd, le visage dans le vide, le Français est retourné s’asseoir sur le banc avec le masque. Une grimace même perceptible dans le vestiaire rhodanien, alors que ses coéquipiers affichaient une mine réjouie après avoir récupéré la deuxième place de la L1. Un contraste qui en dit long sur la situation du joueur de 25 ans.

Concurrence en hausse, performances personnelles en baisse

Le dicton est facile, mais les absents ont toujours tort. Malheureusement pour Clément Grenier, la maxime s’applique parfaitement. Pendant qu’il soignait une rupture du tendon droit fémoral, Jordan Ferri, Corentin Tolisso et Sergi Darder gagnaient leurs galons de titulaire. Les deux premiers cités se sont octroyés une place de choix dans le onze de Bruno Genesio, alors que l’Espagnol démontre toute l’étendue de son potentiel depuis plusieurs semaines. Difficile de se faire une place dans ses conditions. Difficile, aussi, de changer une équipe qui gagne. Clément Grenier est la première victime de la concurrence dans l’entrejeu lyonnais. Le changement de système en 4-3-3 est moins adapté à son profil. Le Rhodanien a plein de qualités techniques, mais il manque de spontanéité. Ce qui n’est pas le cas de ses concurrents. Avec 14 matchs (9 titularisations) au compteur en L1 (863 minutes), le Gone est l’élément le moins utilisé à son poste cette saison (Kemen et Malbranque exceptés). Niveau comptable : le bilan n’est pas très reluisant non plus. Depuis une démonstration contre Troyes (4-1) il y a trois mois (2 passes décisives le 9 janvier dernier), il n’a plus été décisif.

Quid de son avenir ?

Clément Grenier n’est pas à la cave, mais les questions sur son avenir vont finir par revenir aussi vite qu’elles s’étaient dissipées. En fin de contrat en juin 2018 avec l’OL, le Lyonnais va devoir réfléchir attentivement. Si Bruno Génésio reste sur le banc (et c'est la tendance forte), il pourrait se contenter de quelques minutes par-ci par-là. Une situation compliquée et inconfortable. A l’image de sa saison actuelle. Il n’a d’ailleurs pas caché son spleen lorsque les critiques se sont multipliées. Des piques envoyées directement à son club formateur : « J’aurais aimé avoir le soutien de certaines personnes au sein du club. (...) J’aurais aimé qu’on m’accompagne un peu plus, qu’on me soutienne et qu’on arrête de raconter des conneries dans la presse », déclarait le Lyonnais il y a quelques semaines. Il est temps que la saison 2015-2016 se termine pour Clément Grenier.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant