Grenade risque d'imploser

le
0
Grenade risque d'imploser
Grenade risque d'imploser

L'arrivée d'investisseurs chinois et de Paco Jémez devait signifier le début d'une nouvelle ère à Grenade. Après six journées, le coach au crâne luisant a été débarqué, faute de résultats et de cohérence. C'est déjà l'alerte rouge chez les Nazarís.

Pendant sept ans, de 2009 à 2016, Grenade a été considéré comme l'extrémité sud du triangle des Bermudes footballistique dessiné par l'homme d'affaires Giampaolo Pozzo. Watford en Angleterre, l'Udinese en Italie, Grenade en Espagne, et des échanges réguliers de joueurs entre les trois entités. En mai dernier, quelques semaines après que Radio Barcelona a révélé que le groupe Pozzo était soupçonné de fraudes fiscales à hauteur de douze millions d'euros, le " Grana " est vendu au groupe chinois Desport pour une somme avoisinant les 37 millions d'euros.


La fin des petites magouilles, se disent les supporters. Surtout que ce nouveau propriétaire offre un beau cadeau d'arrivée : Paco Jémez. Même s'il n'a pu empêcher la descente du Rayo Vallecano, son style de jeu est une référence, une garantie de spectacle. Ce n'est pas pour rien s'il a été longtemps pressenti pour prendre la suite de Vicente del Bosque avec la Roja. Et même s'il a réalisé des miracles avec le club de la banlieue de Madrid, Jémez a besoin d'une équipe en adéquation avec les ambitions nazarís. Ça n'a pas été le cas.

L'été en pente douce


La lune de miel n'a pas duré bien longtemps, l'espace d'un match contre Villarreal (1-1). Dès la deuxième journée de Liga, Grenade prend une rouste à Las Palmas (5-1). " On était très optimiste avec Jémez, explique Adrien Rodríguez, fondateur de la Peña Granada CF Francia basée à Narbonne. C'était le genre de coach qu'il nous fallait. Or, dès le début, on a vu que ça coinçait. Je pense qu'il a été déçu par les nouveaux dirigeants et qu'il s'attendait à un autre mercato. " Le changement de gouvernance a plongé l'institution dans une certaine léthargie : " On a l'impression que le club s'est arrêté de vivre, lâche Kevin, éminent membre de la peña Francia et manifestement exaspéré. Un exemple : la seule recrue, c'est Matthieu Saunier. Il est arrivé pour faire le nombre, sans l'aval du sportif et seulement car il était d'accord pour venir en janvier. Donc depuis janvier, rien n'a été fait ! Desport n'a rien anticipé. Et cette fois, tu n'as plus l'Udinese pour te lâcher deux, trois remplaçants.…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant