Grégory : l'ADN d'anciens voisins des Villemin prélevé

le
0
Le 20 octobre dernier, la cour d'appel de Dijon a ordonné des investigations de la dernière chance.

Les investigations se poursuivent dans l'affaire Grégory, relancée depuis plus de deux ans. Les gendarmes ont procédé mercredi à quatre prélèvements d'ADN sur d'anciens voisins des époux Villemin, les parents du garçonnet de 4 ans retrouvé noyé en octobre 1984 dans la Vologne, une rivière des Vosges. En se rendant discrètement tour à tour à Lépanges-sur-Vologne et à Granges-sur-Vologne, les enquêteurs ont ainsi commencé à exécuter une récente décision de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon. Dans un arrêt du 20 octobre dernier, les magistrats avaient ordonné une série de nouvelles investigations que réclamaient les parents de la jeune victime pour tenter d'élucider l'assassinat de leur enfant. Des expertises qui sont d'ailleurs aujourd'hui considérées comme celles de la dernière chance pour résoudre l'un des plus intrigants feuilletons judiciaires de ces dernières années.

La justice de Dijon a ainsi exigé l'analyse d'un cheveu ret

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant