Grégory Berthier, la "pépite vraie"

le
0
Grégory Berthier, la "pépite vraie"
Grégory Berthier, la "pépite vraie"

Né dans l'Yonne et présent au club depuis ses 10 ans, Grégory Berthier est la révélation de la saison du côté de l'AJA, qui tentera de réaliser l'exploit ce samedi face au PSG, en finale de la Coupe de France. Un gamin doué, du cru, qui perpétue la tradition des jeunes talents formés à Auxerre.

Il y a Sébastien Puygrenier et Frédéric Sammaritano, les deux cadres du groupe (33 et 29 ans). Et puis il y a Grégory Berthier, 19 piges. Voilà, dans le onze auxerrois qui débutera ce samedi face au PSG en finale de la Coupe, les trois seuls éléments à avoir déjà foulé la pelouse du Stade de France. Si pour les deux premiers, l'expérience commence à dater un peu, elle est encore toute fraîche dans la mémoire de Berthier, capitaine des U19 vainqueurs de la Gambardella la saison dernière, et qui va donc entrer dans le cercle très, très restreint des joueurs qui ont disputé deux finales consécutives dans l'enceinte du "9-3". "Si on m'avait dit ça, je n'y aurais pas cru du tout, avoue le jeune milieu offensif. C'est rare et beau en même temps d'y retourner deux ans d'affilée."

Cette opportunité, Berthier la doit à une éclosion assez fulgurante. Embêté par des problèmes de dos en début de saison, il a d'abord vu Samed Kılıç et François-Xavier Fumu Tamuzo, ses potes de promo, débuter en L2 pendant que lui oscillait entre groupe pro et CFA2. Mais après la trêve, alors que ses anciens coéquipiers en U19 rentraient un peu dans le rang, il a saisi sa chance et il est devenu un titulaire quasi indiscutable dans l'équipe de Jean-Luc Vannuchi. Grâce à de jolies stats (3 buts et 4 passes décisives en 16 matchs de championnat), Berthier a même été élu meilleur joueur de L2 pour le mois de mars. " Je m'y attendais, déclare Fumu Tamuzo. C'était la suite logique vu ce qu'il a fait au centre de formation. Je savais que ça allait arriver, mais peut-être pas aussi tôt. Greg est quelqu'un qui travaille beaucoup et avec le talent qu'il a, c'était sûr que ça allait arriver. "

Les pas de Sagna et les cheveux de Messi


Né à Sens et élevé à Gron, village peuplé d'un gros millier d'habitants à 70 bornes au nord d'Auxerre, Berthier est un enfant du cru. Un vrai. Un gamin qui a vécu ses premiers émois footballistiques dans les travées de l'Abbé-Deschamps : "Mes parents sont supporters de l'AJA, donc ils m'emmenaient au stade. Ce sont les premiers matchs que j'ai vus de ma vie. Jouer dans ce stade maintenant, c'est un plaisir. Par rapport à ma famille, c'est une fierté comme je suis quelqu'un du coin." L'histoire est à peu près la même que celle de Bacary Sagna, dernier natif de l'Yonne à avoir percé sous le maillot blanc et bleu. Un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant