Greffes d'organes animaux: où en est-on ?

le
0
Les recherches sur les organes entiers de porcs génétiquement modifiés pourraient bien ne jamais aboutir. Les transferts de cellules isolées, notamment pancréatiques et nerveuses, sont en revanche très prometteurs.

Les chirurgiens de la transplantation se plaignent depuis des années de la pénurie chronique d'organes. En 2010, près de 70% des 15.613 patients qui attendaient un rein, un foie ou un c½ur n'ont pu être satisfaits. Pour remédier à cette situation et faciliter la logistique transplantatoire, la piste des organes animaux semblait prometteuse. A l'occasion du Congrès international de la xénogreffe (du latin xénos, étranger) qui se déroule cette semaine à Miami, la revue The Lancet publie un article faisant le point sur ce domaine de recherche. Conclusion : si des avancées notables sont à signaler, la révolution médicale promise dans les années 1990 n'est pas pour demain.

L'idée de transplanter des organes animaux chez l'homme est finalement assez ancienne. La première greffe bien documentée date de 1905. Elle est l'½uvre d'un chirurgien lyonnais qui tente d'implanter un rein de chèvre à une jeune femme. A l'époque, les médecins ne connaissent pas les mé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant