Greenpeace reste attentive au maintien de la biodiversité marine

le
0
Si Greenpeace n'est pas parvenue à empêcher l'accostage du navire-usine FV Margiris à Port Lincoln (Australie), qu'elle accuse de contribuer activement à la surpêche, elle ne renoncera pas de sitôt à son combat pour la sauvegarde de la biodiversité marine
Si Greenpeace n'est pas parvenue à empêcher l'accostage du navire-usine FV Margiris à Port Lincoln (Australie), qu'elle accuse de contribuer activement à la surpêche, elle ne renoncera pas de sitôt à son combat pour la sauvegarde de la biodiversité marine
Une action de l'ONG contre un chalutier accusé de surpêche s'est cependant soldée par un échec.

Il n'y a pas que les forages pétroliers dans l'océan Arctique qui préoccupent Greenpeace. L'association de protection de l'environnement ne lâche pas le « Golgoth » énergétique russe Gazprom d'une semelle, mais elle n'en continue pas moins de suivre de près d'autres dossiers, tout aussi importants aux yeux de ses responsables. Et pour marquer les esprits, ses militants veulent impérativement agir, avec panache si possible, au risque de « se manquer » comme cela a été le cas hier dans les eaux territoriales australiennes.

Plusieurs d'entre eux ont ciblé le FV Margiris, l'un des bateaux de pêche les plus gros du monde (NDLR : battant pavillon lituanien, il pèse neuf mille cinq cents tonnes), que l'ONG accuse d'être en partie responsable de la surpêche dans les eaux territoriales européennes, de l'Afrique de l'Ouest et du Pacifique Sud, voulant l'aborder au moyen de cordes. Celles-ci ont néanmoins été sectionnées par les marins alors que le navire-usine était en route vers Port Lincoln, dans le sud de l'Australie, où il passera sous pavillon australien et fera l'objet de travaux de maintenance pendant plusieurs jours.


Des dommages collatéraux sur les stocks de phoques, de dauphins et de requins ?

L'équipage a pris sa revanche, deux mois après que le FV Margiris ait été stoppé par une équipe de Greenpeace alors qu'il tentait de qui
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant