Greenpeace met en cause les comptes d'EDF

le
2
La centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret).
La centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret).

Les provisions passées par l’entreprise seraient inférieures d’au moins 50 milliards d’euros aux besoins, selon le cabinet AlphaValue.

EDF est peut-être un colosse encore plus fragile qu’on ne le croit. Entre les énormes chantiers qu’il doit achever à Flamanville (Manche) ou lancer à Hinkley Point (Grande-Bretagne), la modernisation de ses centrales en fonctionnement, et le démantèlement à venir des vieux réacteurs, l’entreprise publique risque de se retrouver face à une équation financière impossible. Telle est du moins la conclusion de l’étude d’AlphaValue, un cabinet d’analyse financière indépendant, publiée jeudi 17 novembre.

Réalisé à la demande de Greenpeace, qui entend nourrir ainsi sa campagne antinucléaire, et logiquement contesté par EDF, le rapport met le doigt sur trois points sensibles. Trois interrogations qui expliquent en partie les réticences des investisseurs à l’égard de l’entreprise publique. Exclue de l’indice CAC 40 en décembre 2015, l’action EDF a encore perdu 31 % de sa valeur en un an. Le titre, qui avait dépassé un temps 80 euros, s’échange désormais autour de 10 euros.

Le premier point délicat porte sur la valeur des centrales. Contrairement à ses homologues comme Engie ou les allemands E.ON et RWE, EDF n’a pas diminué la valeur comptable de ses principales usines, malgré la chute des prix de l’électricité en Europe, jugée durable par beaucoup. Résultat : rapportée à la puissance en mégawatts de ses installations, « la valorisation des actifs d’EDF est nettement supérieure à celle donnée par ses pairs ». Façon de dire qu’il pourrait devenir nécessaire un jour ou l’autre de pass...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pallach il y a 8 mois

    Alpha Value ne tient pas compte de l'effet parc : la 58 ème tranche sera beaucoup moins chère à démanteler que la 1ère ! Par ailleurs, on sait le prix d'un démantèlement PWR (US NRC 300 M USD)

  • kejocol il y a 8 mois

    avec la concurrence EDF va devoir se bouger le c.l et surtout mieux gerer son CE ou c'est open bar. EDF va devoir raisonner competitivite, produictivite, economie et ca, ca fait plaisir car ces nantis ne sont pas habitués a parler CA, benefices. j'espere qu'ils vont aussi reduire les effectifs pour baisser le cout du KWH. je suis deja parti a la concurrence avec des tarifs bcp moins cher.