Greenpeace-Gazprom, le duel continue

le
0
Greenpeace craint que les forages pétroliers en Arctique provoquent d'importants dégâts sur l'écosystème local
Greenpeace craint que les forages pétroliers en Arctique provoquent d'importants dégâts sur l'écosystème local
La première met tout en oeuvre pour empêcher le second de mener à bien ses projets énergétiques en Arctique.



Illustre association de protection de l'environnement, Greenpeace croit depuis sa création que des actions coup-de-poing, mais sans violence, peuvent permettre d'obtenir des résultats significatifs. Empêcheurs de tourner en rond à l'efficacité éprouvée, ses militants peuvent se prévaloir de nombreux succès.

Il est toutefois tout sauf acquis que leurs dernières initiatives contre Gazprom fasse plier le géant russe du gaz, qui projette de forer dans l'Arctique, faisant potentiellement courir un grand danger à la biodiversité locale, déjà très fragilisée par la pollution, la surpêche et l'augmentation du thermomètre mondial.

Dans l'attente de la mise en oeuvre de législations strictes en matière de normes de sécurité et de défense de l'environnement ? pas sûr néanmoins que celles-ci voient le jour de sitôt -, l'ONG veut attirer l'attention sur une ruée vers l'or noir qui pourrait s'avérer dévastatrice. Gazprom, lui, fait le nécessaire pour en être un acteur majeur.


La peur de dommages irréparables sur l'écosystème

Six militants de Greenpeace ont néanmoins escaladé sa plate-forme Prirazlomnaya vendredi dernier et hier, ils étaient quatorze à intercepter un bateau devant acheminer des employés du groupe vers ladite structure avant de s'attacher à la chaîne de l'ancre, rapporte l'association sur son site
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant