Greenpeace épingle les marques de thon en boîte

le
0
Greenpeace épingle les marques de thon en boîte
Greenpeace épingle les marques de thon en boîte

Derrière ces boîtes de thon bien pratiques que 9 Français sur 10 ont dans leurs placards, que se cache-t-il ? Des techniques de pêches écologiquement catastrophiques, révèle l'association de défense de l'environnement Greenpeace dans une étude que nous publions en exclusivité ce mercredi soir.

La conviction de l'association est que les consommateurs bien informés forceront les marques à changer leur pratiques. La pêche industrielle utilise en effet des abris artificiels en mer, les «dispositifs de concentration poisson», où viennent se réfugier les petits poissons, qui attirent ensuite les plus gros, pour enfin ramener les thons, le plus gros poisson carnassier.

Les thoniers industriels viennent ensuite déployer un très grand filet -- la senne -- qui ramasse tout ce qu'il y a autour. Y compris les thons trop jeunes pour s'être reproduits, qui ne renouvelleront donc pas l'espèce, mais aussi les requins, raies, et autres tortues qui gravitent dans les environs. Ces «victimes collatérales» sont ensuite rejetées à la mer, mortes ou mourantes.

Le Phare d'Ekmül et Système U dans les meilleurs

Greenpeace a donc décidé de classer les marques de boîte de thon présents dans les rayons français selon leur technique de pêche.

Résultat, deux bons élèves se distinguent : Le Phare d'Ekmül et la marque distributeur Système U.

La majorités des poissons vendus dans leurs conserves -- la totalité pour le phare d'Eckmül, 60% pour Système U --, sont pêchés à la canne ou à la ligne de traîne. Ce qui évite toute «prise annexe» et permet de cibler des thons qui ont déjà eu le temps de se reproduire.

Carton rouge en revanche pour le leader du marché français Petit Navire, qui pèse plus d'un quart du marché français. Pas mieux pour l'autre géant Saupiquet (plus de13% du marché) comme pour la marque Connétable ou les distributeurs Intermarché (Casino et Leclerc ont refusé de répondre). Tous utilisent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant