Green Lanterne

le
0
Green Lanterne
Green Lanterne

Dernier de Premier League avec son équipe des Queens Park Rangers, Robert Green devrait, sauf départ, goûter à nouveau aux joies de la deuxième division anglaise. Une mauvaise habitude pour un bonhomme au destin pas clément, moqué, blessé, parodié en Lego et qui expérimente sa quatrième descente.

Quand Robert Green cherche ses mots, il le fait en silence. En zone mixte, le bonhomme réfléchit, pose son regard sur le vide de ses pensées et reprend le fil de son discours en regardant dans les yeux : "C'est assez désespérant On avait vu venir la relégation ces dernières semaines, tout le monde gagnait là où on perdait. Personne ne nous a attendus, c'est la brutalité de ce championnat." Franc, clair, écrémé. Depuis ses débuts professionnels à Norwich City, l'Anglais en a assez pris dans la poire pour savoir tenir sa langue. Le dimanche 10 mai dernier, coïncidence de l'histoire ou triste ironie de son parcours de footballeur, son équipe s'est inclinée 6-0 face à Manchester City, le même score que lors du match de descente des Canaris de la saison 2004-2005. C'était face à Fulham, il y a presque dix ans jour pour jour. Et Green était déjà dans les cages.

Largué la veille


Relégué de Premier League pour la quatrième fois de sa carrière, le surnommé "Rob-bish" - rubbish signifiant "ordures " en VO - rejoint sur le papier une liste de malchanceux plus ou moins notables. Le sulfureux attaquant britannique Marcus "en-couple-avec-Danielle-Lloyd" Bent, par exemple, ou le milieu de terrain écossais Nigel Quashie, sans oublier Carlton Palmer, pantin longiforme qui porte la réputation de pire joueur de l'histoire des Three Lions d'après un reportage de la BBC. Seul l'Islandais Hermann Hreidarsson, cinq descentes avec Ipswich, Charlton, Portsmouth, Crystal Palace et Wimbledon, et Nathan Blake, buteur gallois de Sheffield United, Blackburn, Wolverhampton et Bolton - deux fois - peuvent présenter un total plus élevé.


Seulement, à la différence de ses prédécesseurs, Green aligne un CV international d'une tout autre facture. Sélectionné pour la première fois en 2004 contre la Hongrie, la Lanterne fait partie de la sélection nationale pour la Coupe du monde 2006, mais se blesse à l'aine lors d'un match amical contre la Biélorussie, envoyant valser les rêves allemands de sa bouille de Hobbit. Quatre ans plus tard, c'est LA boulette. Une erreur de main face à Clint Dempsey, et les…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant