Grèce : Yanis Varoufakis perd son rôle central de négociateur

le , mis à jour à 17:40
8

Le ministre des finances grec Yanis Varoufakis sera désormais moins présent lors des discussions avec les créanciers du pays.
Le ministre des finances grec Yanis Varoufakis sera désormais moins présent lors des discussions avec les créanciers du pays.

Face à l’impasse des discussions entre la Grèce et ses créanciers lors du dernier sommet de l’Eurogroupe, le premier ministre grec Alexis Tsipras a décidé lundi 27 avril de remanier l’équipe chargée des négociations avec les créanciers du pays. Yanis Varoufakis y perd son rôle central.

Le ministre des finances grec, Yanis Varoufakis, a perdu lundi son rôle de coordonnateur des discussions avec les « institutions » créancières du pays. Il garde néanmoins un rôle de « superviseur » du groupe de travail, un poste certes important, mais qui sera plus éloigné du cœur des discussions.

Nouveau coordinateur

La nouvelle coordination des discussions a ainsi été confiée par Alexis Tsipras à Euclide Tsakalotos, ministre adjoint des Affaires étrangères en charge de l’économie internationale, expliquait mardi matin Les Echos. Pour autant, le ministre des finances garde son rôle au sein du gouvernement. L’AFP expliquait en matinée qu’Euclide Tsakalotos, « Professeur d'économie à l'université d'Athènes, 55 ans, a un profil discret, en contraste avec le très médiatique Yanis Varoufakis ». « L’homme est apprécié de ses homologues européens qui le jugent sérieux et compétent », complétait Les Echos.

L’AFP donnait mardi la raison officielle de cette décision : « Cette "réorganisation" des équipes de négociation vise à créer "une équipe politique" chargée de renforcer la coordination et la communication entre les équipes grecques et celles à Bruxelles », expliquait ainsi l’agence de presse. La même source citait également Alexis Tsipras, ayant déclaré lundi lors d’une interview au sujet des négociations : « Notre objectif [...] est de trouver un premier accord cette semaine si possible, ou la semaine prochaine au plus tard […]. Je pense que nous en sommes proches ».

Trop « rock » pour trouver un compromis ?

Les questions au sujet de ce choix restent néanmoins nombreuses. Dans la presse française, Les Echos s’interrogent : « Est-ce le manque de plus en plus criant de liquidités qui pousse le gouvernement grec au compromis ? Ou la prise de conscience que Yanis Varoufakis exaspère au plus haut point ses partenaires européens ? ».

Le style contestataire de Yanis Varoufakis, lui ayant valu une réputation de « ministre rock », a semble-t-il été considéré par Alexis Tsipras comme un frein au bon déroulement des négociations. On sait en effet que les échanges entre le ministre grec des finances et ses partenaires européens a toujours été difficile, notamment avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble. Au contraire, le ministre des finances français, Michel Sapin, a toujours affiché un certain optimisme sur l’avancée des discussions avec le ministre grec.

Marchés rassurés

Hier, l’annonce a semble-t-il rassuré les investisseurs, l’indice principal de la Bourse d’Athènes (Athex) terminant la journée de lundi sur une progression de 4,37% en clôture.

Mardi 28 avril, l’Athex a poursuivi sa progression, clôturant en hausse de 1,41%. Néanmoins, en cours de séance, l'indice est repassé plusieurs fois en territoire négatif. On ne dira jamais assez que la volatilité du marché grec en fait l’un des freins majeurs au bon fonctionnement du financement de son économie. Les autres places européennes s'affichaient quant à elles en net territoire négatif à la clôture : en France, le CAC40 a perdu 1,81% mardi après une séance de hausse lundi à +1,30%.

X. Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mercredi 29 avr 2015 à 09:46

    un bol ch0 de moins ..quand il les aura tous remplacés ..il sera trop tard

  • dcabon le mardi 28 avr 2015 à 21:41

    Tiens ? Sapin optimiste ? Et ça vous étonne ? En même temps son copain Rebsamem s'est bien félicité de la hausse du chômage hier. Ils sont bien sur la même planète ! Dommage qu'on ne soit pas sur la même ... Quant à Varoufakis ... (no comment ...)

  • M3077609 le mardi 28 avr 2015 à 18:42

    bonne nouvelle, dès le début sa main gauche vissée dans la poche du pantalon avait tout de suite donné la tonalité boufonnesque du personnage venu faire la leçon à ceux qui lui prêtaient de l'argent, incapable qu'il était par ailleurs de s'attaquer aux deux grands états dans l'état que sont les armateurs et l'église orthodoxe !

  • j.doury le mardi 28 avr 2015 à 18:08

    ça ne change absolument rien, on s'en cogne complet. La Grèce reste toujours en situation d'insolvabilité totale. Le risque systémique grandit.

  • M7403983 le mardi 28 avr 2015 à 13:49

    L'habit ne fait pas le moine ... Les fondamentaux, rien que les fondamentaux SVP !!! Mais Tsipras ne va pas lâcher le morceau de Grèce !!!

  • M2913188 le mardi 28 avr 2015 à 12:43

    Euclide Tsakalotos changera peut-être la forme mais pas le fond. la réalité est que l'Europe du Nord et les pays baltes veulent la sortie de la Grèce mais veulent lui en faire porter seule la responsabilité. Que les marchés soient rassurés par les tenant de l'"austérité expansive", forme du XXI ° siècle de l'économie vaudou jadis pratiquée par R Reagan, est proprement stupéfiant....

  • nono67 le mardi 28 avr 2015 à 12:24

    " Au contraire, le ministre des finances français, Michel Sapin, a toujours affiché un certain optimisme sur l’avancée des discussions avec le ministre grec " Oui mais notre sapin de noel a aussi toujours été optimiste sur l'inversion de la courbe du chômage, la baisse des déficit etc . On connait la triste réalité qui n'a bien sur rien a voir avec les delires parano medium de sapin .

  • umrk le mardi 28 avr 2015 à 12:23

    J'ai pratiqué les grecs ... ils sont retors .... A côté d'eux, les italiens passaient pour des enfants de choeur ...