Grèce : victoire serrée du camp pro-euro

le
0
Antonis Samaras, leader de la Nouvelle Démocratie (droite), sera en mesure de gouverner, avec l'appui des socialistes.

Les capitales européennes respirent. Dimanche soir, les conservateurs de la Nouvelle Démocratie (ND), proeuropéens déclarés, ont gagné les élections législatives en Grèce. Grâce au bonus de cinquante députés que la Constitution accorde à toute liste arrivée en tête dans ce scrutin à la proportionnelle, la ND, qui a recueilli 30,1% des voix, se retrouvera avec 130 députés au Parlement, qui en compte 300 en tout.

La ND devance de trois points et demi le Syrisa, la coalition de gauche radicale. Alexis Tsipras, le jeune chef charismatique de ce parti de type mélenchoniste, a reconnu sa défaite à 22h40, en téléphonant à Samaras pour le féliciter.

Les tractations ont déjà commencé pour la formation d'un gouvernement d'union nationale. Le premier à appeler à une telle solution politique fut le leader du Pasok (socialiste proeuropéen, 33 sièges), l'ancien ministre des Finances Evangelos Venizélos. Le calcul de ce politicien roublard est d'obliger Tsipras à parti

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant