Grèce : un retraité se suicide sur l'autel de l'austérité

le
0
Le désespéré a voulu faire de son geste un symbole politique. Le pays tout entier est sous le choc.

Au lendemain du premier suicide public dû à la crise économique et aux mesures d'austérité, l'opinion publique grecque est sous le choc. Le dessin d'un homme, le pistolet sur la tempe face au Parlement, fait la une du premier quotidien, Ta Nea. La légende veut qu'il y ait eu un dialogue entre un journaliste et ce retraité de 77 ans qui a mis fin à ses jours mercredi, sur la place Syntagma, devant les passants:
«Je ne supporte pas!
- Qu'est ce que tu ne supportes pas, pépé?
- De voir ce que vous direz sur ce que je m'apprête faire!»

Dimitris Christoulas est le nouveau visage de la crise grecque. Avant de se tirer une balle dans la tête mercredi matin, sur la place centrale d'Athènes, cet ancien pharmacien aurait crié «Je n'en peux plus, je ne veux pas laisser de dettes à mes enfants!». Dans la poche de son manteau, l'homme aurait laissé une lettre reprise dans toute la presse et sur Internet. Le message est sans ambages «Le gouvernement (..) a réduit littéralement ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant