Grèce : un nouvel eurogroupe pour rien ?

le , mis à jour le
5
L'ambiance devrait être à nouveau tendue entre le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, et son homologue grec, Yanis Varoufakis, jeudi à Luxembourg. Les deux hommes ne s'apprécient guère.
L'ambiance devrait être à nouveau tendue entre le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, et son homologue grec, Yanis Varoufakis, jeudi à Luxembourg. Les deux hommes ne s'apprécient guère.

À moins d?un coup de théâtre de dernière minute, il n?y a pas grand-chose à attendre de la réunion des ministres des Finances de la zone euro de jeudi. C?est en substance le message qu?a fait passer un officiel de l?Union européenne mercredi alors qu?il reste moins de 15 jours avant l?expiration du programme d?aide financière à la Grèce. « Je pense honnêtement que ce sera très court », a-t-il lâché.

Réunis en Eurogroupe jeudi à Luxembourg, les ministres devraient simplement être informés sur l?avancée des discussions techniques entre « les institutions » (le FMI, la BCE, la Commission européenne et le Mécanisme européen de stabilité), avant que leur homologue Yannis Varoufakis ne leur fasse part de son point de vue sur le sujet.

De nouveaux sommets en perspective

Mais en l?absence de nouvelles propositions de réforme de la part de la Grèce, inutile d?attendre une solution politique, d?autant que « les institutions » (vocabulaire qui a remplacé la « troïka », honnie par les Grecs) devraient d?abord les étudier pour en déterminer le sérieux. Les 18 autres ministres des Finances devraient donc réaffirmer, comme depuis des semaines, leur désir de voir Athènes présenter des réformes crédibles. Point à la ligne.

La Grèce ne serait donc qu?un des nombreux sujets à l?agenda de la réunion. Si l?avenir du pays au sein de la zone euro reste indiscutablement la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pbenard6 le jeudi 18 juin 2015 à 11:45

    300 milliards qu'est que c'est; je suis sur que les seuls milliardaires français les détiennent;

  • M8637171 le jeudi 18 juin 2015 à 10:10

    Des concessions menant à un accord avec la Grèce seraient une faute grave de la commission et des gouvernements européens. Après avoir commis une faute grave, en acceptant la Grèce dans l'euro, nos représentants ne peuvent pas persévérer dans l'erreur. Il n'y aurait plus de légitimité ni d'autorité en Europe. La Grèce doit sortir de l'euro au nom du pragmatisme, de la saine gestion, de la justice et pour éviter un chaos politique en Europe.

  • fquiroga le jeudi 18 juin 2015 à 07:51

    Tout comme on a changé "troïka" en "intitutions", il suffit de changer le mot dette en "passif permanent" et les nouveau prets par "subvention de redressement temporaire-permanente accordée à un ami de gauche" et du coup la Grèce devien AAA et le tour est joué.......

  • jbellet le mercredi 17 juin 2015 à 20:16

    on compte sur la fermeté des allemands.....

  • d.e.s.t. le mercredi 17 juin 2015 à 19:44

    Si on parlait enfin des vrais problèmes: le chômage, les dépenses publiques, les migrants , l'absence de croissance....? La Grèce, affaire à classer rapidement et n'oublions pas de remercier Giscard dit d'estaing, le brillant responsable de l'entrée de la Grèce en CEE, contre l'avis général!