Grèce : Tsipras va tenter d'arracher un accord avec la zone euro

le
1
Grèce : Tsipras va tenter d'arracher un accord avec la zone euro
Grèce : Tsipras va tenter d'arracher un accord avec la zone euro

«La Grèce ne fait pas chanter et n'accepte pas le chantage», a prévenu avant le week-end le nouveau Premier ministre grec. Mais Alexis Tsipras le sait bien, ce lundi à 14 heures, les négociations avec l'Eurogroupe seront «difficiles», comme il l'a confié au magazine allemand Stern. Si les ministres des Finances de la zone euro sont prêts à beaucoup de souplesse sur l'échéancier de remboursement de la dette grecque, ils ne peuvent se permettre de mettre en danger les pays créanciers. L'enjeu de cette réunion à Bruxelles est d'abord de trouver comment financer à court terme la Grèce, alors que son programme d'aide prend fin le 28 février. Il s'agira ensuite d'envisager une solution pour alléger la dette colossale qui a plongé le pays dans la misère et l'a enfoncé dans l'austérité.

L'euro en danger ?

Faute d'un accord, le pays, qui ne peut emprunter qu'au compte-gouttes et à des taux prohibitifs, risque de se retrouver à court d'argent, avec le risque d'une sortie de l'euro. Un «Grexit» qui, dans le pire des scénarios, pourrait menacer la monnaie unique elle-même. Des deux côtés donc, un compromis solide est souhaitable. Des réunions préparatoires ont eu lieu au cours du week-end à Bruxelles pour expliciter les positions de chacun et identifier les points de convergence. Mais le sommet des ministres des Finances pourrait ce lundi ne pas suffire pour combler le fossé entre Athènes et ses partenaires européens.

VIDEO. Tsipras à l'Elysée: «La Grèce n'est pas une menace pour l'Europe» (4 févr.)

Signe de la tension entre la Grèce et l'Eurogroupe, dimanche, Alexis Tsipras a réclamé à la hâte de parler au téléphone avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Sous couvert d'anonymat, un responsable européen a fait savoir que le président Juncker avait fait une «nouvelle tentative dans une situation extrêmement difficile» lors de cet entretien improvisé. Un accord peut être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cracboui le lundi 16 fév 2015 à 09:34

    L'idéologie est tout le contraire du bon sens!!! Un peu de pragmatisme ne ferait pas de mal !!!