Grèce : Tsipras va organiser un référendum sur le plan d'aide des créanciers

le , mis à jour à 01:03
11
Grèce : Tsipras va organiser un référendum sur le plan d'aide des créanciers
Grèce : Tsipras va organiser un référendum sur le plan d'aide des créanciers

Alexis Tsipras va organiser un référendum le dimanche 5 juillet sur le plan d'aide actuellement en cours de négociation dans les couloirs de Bruxelles entre les créanciers de la Grèce (UE et FMI) et le gouvernement dirigé par le leader de Syriza. «J'appelle les Grecs à décider de façon souveraine et fière, comme l'histoire le requiert» a-t-il annoncé à la télévision grecque. «Le peuple doit décider hors de tout chantage», a-t-il ajouté.

 

Pour le Premier ministre grec, c'est «une responsabilité historique désormais qui se présente à nous décider de l'avenir du pays (...) dans les prochains jours, il faudra prendre des décisions dont dépendront les prochaines générations.»

La Grèce refuse une proposition des créanciers

Le leader de Syriza a également a également justifié la décision prise cet après-midi de refuser la dernière proposition des créanciers : «Durant six mois, le gouvernement grec a mené un combat pour en terminer avec la rigueur et pour trouver un accord viable qui respecte la démocratie. On nous a demandé de mettre en place des mesures d'austérité comme les précédents gouvernements (...) les propositions des créanciers exacerbent les inégalités sociales, apportent la déréglementation du marché du travail, des coupes dans les retraites, une hausse de la TVA sur les produits alimentaires et ont pour objectif l'humiliation de tout un peuple.»

Le gouvernement grec refuse la dernière proposition de ses créanciers (Union européenne et Fonds monétaire international). Ce plan de renflouement, en échange de réformes et d'efforts budgétaires, «ne peut être accepté» car il contient des mesures «récessives» et un programme de financement sur cinq mois jugé «tout à fait insuffisant», a déclaré vendredi une source gouvernementale grecque. 

«La proposition des institutions au gouvernement grec était de légiférer immédiatement sur des mesures profondément récessives ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stepone7 le samedi 27 juin 2015 à 07:28

    ce que leur propose la troika c est ni plus ni moins les mesures d austerité qui sont mises en place dans tous les pays et surtout en france .. il devrait y avoir des referendums ici aussi pour toutes les grandes decisions budgetaires au lieu de les imposer par la force avec le 49.3 ... vivement 2017 hollande aura moins le sourire .. vu ce qu il a fait de la france ..

  • M4750397 le samedi 27 juin 2015 à 07:27

    Le référendum c'est courageux, mais la dette grecque est également issue des urnes ... puisque contractée par les élus grecs. A l'avenir ce pays trouvera-t-il les financements nécesssaires à son fonctionnement?

  • M4750397 le samedi 27 juin 2015 à 07:19

    La dette est, avec les prêteurs complaisants, la seule responsable de cette crise. En France, le seul service de celle-ci ne permet plus une seule marge de manoeuvre budgétaire ce qui n'empêche pas les élus de tous bords de creuser et de creuser. Le mandat qu'ils ont reçu par le scrutin n'est pas celui de ruiner notre pays. Je ne suis d'aucun bord politique et, volontairement, plus inscrit sur les listes électorales depuis 30 ans.

  • jean.coq le samedi 27 juin 2015 à 07:16

    M4750397 - Courage ??? je me demande. C'est plutot refiler les responsabilités aux autres. Quels que soient les résultats, il pourra toujours dire "Le peuple a dècidé"

  • M4750397 le samedi 27 juin 2015 à 07:12

    Pour une fois que politique rime avec courage il faut saluer la démarche.

  • idem12 le samedi 27 juin 2015 à 06:53

    La Grèce n'est pas le berceau de démocratie pour rien, le peuple étant le premier concerné par ce plan c'est à lui qu'il appartient de prendre son destin en main. Bravo Tsipras et vive la démocratie (mais je comprends que ça puisse choquer les oligarques et autres dictateurs modernes)

  • M2061328 le samedi 27 juin 2015 à 06:49

    Tout est dit Les créanciers n'aiment que le peuple quand il paye, souffre aux profits de la machine à brûler des milliards. De plus ils veulent faire comprendre à l'Europe entière qu'ils ne veulent pas de social, ce serait pour eux un désastre si Tsipras et son peuple s'imposaient"les propositions des créanciers exacerbent les inégalités sociales, apportent la déréglementation du marché du travail, des coupes dans les retraites, une hausse de la TVA sur les produits alimentaires etc etc

  • taz40 le samedi 27 juin 2015 à 06:45

    il ne veut pas en prendre la responsabilité surtout, et comme ça plan adopté par le peuple par la peur et il garde sa place.

  • taz40 le samedi 27 juin 2015 à 06:37

    tout est fait pour farie peur, car dans le referendum il n'y aura pas le détails du plan B

  • CastorDG le vendredi 26 juin 2015 à 22:11

    Va-t-on prêter de l'argent à la Grèce pour qu'elle nous rembourse nos prêts ?