Grèce : Tsipras obtient un accord gazier de 2 milliards d'euros en Russie

le , mis à jour à 00:28
1
Grèce : Tsipras obtient un accord gazier de 2 milliards d'euros en Russie
Grèce : Tsipras obtient un accord gazier de 2 milliards d'euros en Russie

En pleine bataille avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international sur la dette de son pays, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a obtenu vendredi à Saint-Pétersbourg un accord de deux milliards d'euros sur la prolongation d'un gazoduc russe en Grèce. 

Reçu par Vladimir Poutine pendant une heure et demie en marge du Forum économique international organisé par la Russie, le Premier ministre grec a dit espérer que ce chantier, dont le financement sera avancé par Moscou, ouvre la voie à «de vastes possibilités de coopération». «Nous savons dans quelle situation difficile vous et votre peuple vous trouvez», a observé le chef de l'Etat russe qui s'est félicité du renforcement, «à l'initiative grecque», de la coopération économique entre les deux pays.

Mais ce geste ne va pas être vu d'un bon oeil du côte de Bruxelles. L'UE est actuellement au coeur des discussions entre la Grèce et ses créanciers, avec pour enjeu possible un défaut de paiement d'Athènes, voire sa sortie de la zone Euro, et est plus que jamais brouillée avec Moscou. Alexis Tsipras a même appelé à la fin du «cercle vicieux de rhétorique agressive, de militarisation et de sanctions économiques» entre Russes et Occidentaux.

Des accords qui ne se limitent pas au gaz

L'accord gazier, signé par son ministre de l'Energie Panagiotis Lafazanis, prévoit de prolonger à partir de l'an prochain sur le territoire grec le gazoduc TurkStream entre la Russie et la Turquie, encore à l'état de projet. Si le protocole d'entente est confirmé, les travaux doivent être réalisés par une société commune détenue à parts égales par la Russie et la Grèce, mais financée en totalité par un crédit de la banque de développement russe VEB, selon le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak.

Le rapprochement avec Athènes ne se limite pas au gaz. Selon le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par les agences russes, Alexis Tsipras et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • coffrefo le samedi 20 juin 2015 à 12:06

    ouf il va pouvoir rembourser !!