Grèce : Tsipras adopte un ton de premier ministre

le
0
À trois jours des législatives, le dirigeant de la gauche radicale, talonné par son adversaire conservateur, polit son discours.

Patras, place Georgiou, une fin d'après-midi ensoleillée. Plusieurs centaines de personnes se rassemblent autour des immeubles à l'architecture vénitienne. Certaines d'entre elles portent des drapeaux rouges, d'autres des calicots blancs marqués du sigle du Syriza, le parti de coalition de gauche radicale. Alexis Tsipras, la démarche assurée et le sourire aux lèvres, monte sur scène. À la main, deux roses rouges offertes par une jeune militante. Dès le premier mot, c'est l'ovation. Mais le calme revient très vite car «nous voulons écouter tout son discours», chuchote Vassiliki, une étudiante en lettres de 24 ans. «Mes parents votent à droite depuis trois générations. Pour la première fois, j'ai réussi à les convaincre de donner sa chance à Tsipras. J'ai besoin d'écouter ses arguments. D'autant que maintenant, il se présente comme un vrai premier ministre.» Effectivement, depuis quelques semaines, le dirigeant du parti de gauche légèrement en tête dans les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant