Grèce-Syriza reprend de l'avance sur les conservateurs-sondage

le
0

(Actualisé avec précisions sur le sondage, contexte) ATHENES, 11 septembre (Reuters) - Syriza, parti de la gauche radicale du Premier ministre démissionnaire Alexis Tsipras, est crédité de cinq points d'avance sur la formation conservatrice Nouvelle démocratie dans un sondage publié vendredi, à neuf jours des élections législatives anticipées en Grèce. L'enquête d'opinion de l'institut Pro Rata pour le journal Efimerido ton Syndakton crédite Syriza de 28,5% des intentions de vote contre 23,5% aux conservateurs. Il s'agit de l'écart le plus net entre les deux partis sur un total de 18 sondages publiés ces dernières semaines, certains ayant donné Syriza et ND au coude-à-coude. Les deux formations voient leur audience progresser par rapport à un précédent sondage, réalisé les 25 et 26 août, qui leur accordait respectivement 23% pour Syriza et 19,5% pour Nouvelle démocratie, précise le journal. Mais certains observateurs estiment qu'il est trop tôt pour prédire l'issue du scrutin, notamment en raison de l'importance des électeurs qui se disent indécis, soit 17,5% des personnes interrogées selon le sondage Pro Rata, réalisé entre le 7 et le 9 septembre. "Il n'y a pas encore de tendance claire en faveur de l'un ou l'autre. Cette ambiguïté pourrait disparaître la semaine prochaine, ou seulement le jour de l'élection", dit Thomas Gerakis, responsable de l'institut Marc. "Beaucoup de gens n'ont même pas encore décidé si cela valait le coup d'aller voter." Alexis Tsipras et Vangelis Meïmarakis, le chef de file de Nouvelle démocratie, ont consacré une bonne part de leur campagne à se renvoyer la responsabilité de la crise économique, de celle des migrants ou encore de la corruption au sein des institutions, y compris lors du débat télévisé organisé mercredi. Un deuxième débat télévisé est prévu lundi soir. Les sondages suggérant qu'aucun parti n'est en mesure de détenir seul une majorité au Parlement à l'issue des élections, certains responsables évoquent déjà ouvertement la possibilité de former un gouvernement de coalition, voire d'union nationale. Jeudi, Meïmarakis a ainsi déclaré qu'en cas de victoire le 20 septembre, ND proposerait une alliance à Syriza afin que le pays ne laisse pas passer "sa dernière chance" de sortir de la crise. ID:nL5N11G4AL (Renee Maltezou et Michele Kambas; Pierre Sérisier et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant