Grèce-Syriza accuse les créanciers de chantage

le , mis à jour à 08:31
3

ATHÈNES, 25 juin (Reuters) - Les dernières propositions des créanciers internationaux de la Grèce constituent un "chantage", a déclaré jeudi le porte-parole du groupe parlementaire de Syriza, le parti de la gauche radicale au pouvoir. "Les exigences des créanciers visant à ramener sur la table des mesures destructrices montrent que le chantage à l'égard de la Grèce a atteint son paroxysme", a déclaré Nikos Filis à la chaîne de télévision Mega. Athènes continue de son côté de demander que tout accord prévoit un allègement de la dette, en écho à des propos tenus en ce sens par le ministre du Travail Panos Skourletis. "Il ne peut y avoir d'accord sans référence solide et sans décisions spécifiques sur la question de la dette elle-même", a déclaré Panos Skourletis dans un entretien accordé à la radio-télévision publique ERT. (George Georgiopoulos,; Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • alai1498 le jeudi 25 juin 2015 à 09:13

    Effectivement, s'ils ne veulent pas mettre en place de vraies réformes avec baisses des dépenses et non pas seulement des hausses des impôts, il vaut mieux se séparer. Faisons le de manière ordonnée en les accompagnant gentiment, mais fermement vers la sortie de l'UE.

  • M6445098 le jeudi 25 juin 2015 à 09:03

    Si seulement cela pouvait être vrai, et pousser la Grèce vers la sortie si celle-ci ne veut pas se doter de véritables structures étatiques. il est vraiment temps de se dire adieu...

  • M3403126 le jeudi 25 juin 2015 à 08:50

    On marche sur la tête, ce petit pays qui représente peu au niveau européen veut imposer ses conditions à l'ensemble de l'Europe. Du jamais vu, c'est l'emprunteur qui impose ses conditions aux créanciers???????

Partenaires Taux